Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Droits humains

RSS Feed

Afrique du sud : La police ouvre une enquête à propos de la Résidence de Jacob Zuma

2014-11-17, Numéro 347

La police a confirmé avoir ouvert une enquête sur la résidence privée de Jacob Zuma, dont la rénovation a coûté plusieurs millions d'euros aux contribuables. L'affaire traîne depuis plusieurs années. La rénovation de Nkandla – plus de 17 millions d’euros de travaux aux frais du contribuable – est une affaire qui n’en finit pas. Depuis le début, le gouvernement soutient qu’il s’agit de travaux pour améliorer la sécurité du chef de l’Etat, tandis que la médiatrice de la République, chargée de veiller au bon usage de l’argent public, dénonce des abus comme la construction d'une piscine, d'un amphithéâtre ou encore d'un enclos à bétail. Elle a conclu que le chef de l’Etat a illégalement profité de ces travaux et doit rembourser une partie de la somme engagée. Le président a-t-il personnellement demandé ses travaux ? Etait-il au courant ? Depuis des mois, l’opposition demande des réponses. Frustrée, elle a fini par porter l’affaire en justice.

Burundi : Appel à lutter contre l’impunité

2014-11-17, Numéro 347

Les recommandations prioritaires établies par le comité des droits de l’Homme, qui a analysé le Burundi à Genève les 8 et 9 octobre 2014, doivent être mises en vigueur avant le 31 octobre 2015. D’après ce rapport final sur le Burundi, le Comité des droits de l’homme s’inquiète du nombre important de meurtres attribués à des membres des forces de sécurité sans qu’il y ait des enquêtes. Il demande que des enquêtes impartiales et efficaces soient menées pour identifier et condamner les responsables. Le Burundi devra donc, d’ici l’année prochaine, avoir mené des enquêtes impartiales et efficaces pour identifier les responsables et les condamner à des sanctions appropriées. Il en va de même pour les cas de torture par les forces de défense et de sécurité, les services de renseignements où l’impunité des responsables se remarque.

Burundi : Peur sur Bujumbura

2014-11-17, Numéro 347

Les habitants de la commune Kanyosha disent vivre dans la peur panique depuis début octobre à cause des hommes en armes qui sèment la terreur. Le gouverneur de province de Bujumbura leur propose de renforcer les comités mixtes de sécurité. D’après la population, depuis le 9 octobre 2014, des hommes vêtus de longs manteaux, munis de machettes, gourdins et armes à feu, circulent la nuit. Ils procèdent à des enlèvements en pleine journée ou pendant la nuit.

Centrafrique : Bemba coupable pour la "barbarie" de ses miliciens, selon la Cpi

2014-11-17, Numéro 347

Jean-Pierre Bemba doit être reconnu coupable pour la "barbarie" de ses miliciens en République centrafricaine en 2002-2003, a affirmé mercredi 12 novembre, le bureau du procureur de la Cpi, alors que le procès de l'ancien vice-président congolais touche à sa fin. Jean-Pierre Bemba, 52 ans, est détenu par la Cour pénale internationale à La Haye depuis juillet 2008. Son procès s'était ouvert en novembre 2010. Le président du deuxième parti d'opposition de la République démocratique du Congo, le Mouvement de libération du Congo (Mlc), est accusé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre qu'aurait commis sa milice en 2002 et 2003 en Centrafrique.

Côte d'Ivoire : Le pays africain le plus touché par l'apatridie

2014-11-17, Numéro 347

Le représentant résident du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (Hcr), Mohammed Touré, a révélé à Abidjan que la Côte d'Ivoire est le pays le plus touché par l'apatridie sur le continent africain. "L'on estime à 700 000 le nombre de personnes qui sont soit apatrides soit à risque d'apatridie", a noté M. Touré lors d'un entretien avec des médias. Le Hcr fait remarquer que les apatrides ne peuvent pas accéder aux services sociaux de base, faute de papiers. Cette situation affecte des centaines de milliers de gens, aussi bien les adultes que les enfants.

Gambie : Condamnation des «pratiques constantes» de torture

2014-11-17, Numéro 347

Amnesty International a déclaré que la Gambie a, de nouveau, démontré son mépris flagrant des Droits de l'homme en refusant à une équipe de l'Onu d'enquêter sur les allégations de torture et d'exécutions extra-judiciaires dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest. Selon le directeur régional adjoint d'Amnesty International pour l'Afrique occidentale et centrale, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extra-judiciaires, sommaires ou arbitraires et le rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants se sont vu refuser l'accès aux centres de détention où les prisonniers sont estimés être à risque élevé de torture. La Gambie a initialement accepté les termes de référence des officiels de l'Onu, mais leur a refusé l'accès à certaines zones de la prison dont l'aile de sécurité de la prison «Mile 2» dans la capitale Banjul où les condamnés à mort sont détenus, souvent à l'isolement pendant de longues périodes et soumis à la torture.



Mauritanie : Arrestations de militants anti-esclavagistes

2014-11-17, Numéro 347

En Mauritanie, plusieurs militants de la lutte contre l'esclavage ont été arrêtés par la gendarmerie alors qu'ils participaient à une manifestation, le 11 novembre. Au moins neuf personnes sont détenues. Ce n’est pas la première fois que des militants des Ong anti-esclavagistes sont soumis à des intimidations. Les membres de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, qui a fait partie de la « caravane anti-esclavagiste », ont déjà été arrêtés plusieurs fois. Les mobilisations contre l’esclavage sont toujours importantes en Mauritanie où le phénomène perdure même après l’abolition en 1981.

Sénégal : Le procureur spécial du Procès de Karim Wade limogé

2014-11-17, Numéro 347

Alors que le procès de Karim Wade pour enrichissement illicite est en cours depuis trois mois et demi, le procureur spécial Alioune Ndao, qui portait l'accusation depuis deux ans, a été brutalement remplacé sur décision du président Macky Sall. Sans la moindre explication. Pendant six mois, cet ancien commissaire de police reconverti dans la magistrature avait conduit de façon discrétionnaire l'enquête préliminaire contre Karim Wade et ses présumés complices avant de passer le relais, en avril 2013, à la Commission d'instruction de la Chambre de répression de l’enrichissement illicite. Son remplaçant, Cheikh Tidiane Mara, est un magistrat ayant officié pendant 17 ans au Tribunal pénal international pour le Rwanda avant de revenir au Sénégal en 2013.

Rdc : Comprendre le procès Bemba en 5 questions

2014-11-17, Numéro 347

Après les déclarations finales de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions sur un procès qui s'est ouvert en 2010…

Rd Congo : Le général Kakwavu condamné à 10 ans de prison

2014-11-17, Numéro 347

Ancien milicien, le général de brigade des Fardc Jérôme Kakwavu a été condamné, à Kinshasa, par la Haute cour militaire, à dix ans de prison ferme pour crimes de guerre. Il est le premier général congolais condamné par la justice de son pays pour crimes de guerre depuis le début de la première guerre du Congo (1996-1997). Le tribunal militaire a reconnu le général Jérôme Kakwavu coupable de viols répétés sur deux mineures, de deux meurtres et d’actes de tortures sur deux autres personnes. La Haute Cour est allée au-delà des réquisitions du ministère public, qui avait demandé huit ans de servitude pénale contre ce général de brigade, alors que le viol est passible de vingt ans d’emprisonnement en République démocratique du Congo.

Sénégal : Le procès de Karim Wade suspendu jusqu'au 1er Décembre

2014-11-17, Numéro 347

Le très médiatique procès de Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, jugé pour enrichissement illicite, a été suspendu jusqu'au 1er décembre en raison du sommet de la Francophonie prévu à Dakar fin novembre. Une annonce qui Intervient après le limogeage du procureur spécial de la Chambre de répression de l’enrichissement illicite, qui serait en désaccord avec sa hiérarchie. Ce dernier, selon la presse locale, voulait poursuivre d'autres anciens responsables, dont des ministres du président Wade, contre l'avis des autorités.

Soudan : L’armée chercherait-elle à cacher un viol collectif ?

2014-11-17, Numéro 347

L’armée soudanaise aurait intimidé les témoins d’un viol collectif commis par des soldats sur 200 femmes d’un village du Darfour du Sud en octobre dernier. Selon un rapport interne des Nations unies, les casques bleus de la mission Onu-Ua au Darfour n’ont pas pu enquêter dans de bonnes conditions sur ces accusations de viol collectif. La Minuad note une ambiance de peur et de silence.

Tchad : Les années noires de l'ère Habré en procès "historique" à N'Djamena

2014-11-17, Numéro 347

Le tribunal de N'Djamena, siégeant en session criminelle spéciale, a ouvert vendredi 13 novembre, le procès pour "assassinats" et "tortures" de 29 complices présumés de l'ex-président Hissène Habré, renversé en 1990, inculpé de crimes contre l'humanité et détenu à Dakar. Pour ce premier procès visant les crimes imputés à l'ex-président, dont certains remontent à bientôt trente ans, le principal accusé est Saleh Younous, un des anciens patrons de la sinistre et redoutée Direction de la documentation et de la sécurité (Dds, police politique). Aujourd'hui encore, signe de la terreur qu'inspirait la Dds dans les années 80, certains habitants de N'Djamena baissent toujours la voix en passant devant les anciens bâtiments de l'institution, pourtant dissoute.

Afrique : Interpellations répétitives d'africains par la CPI

2014-11-02, Numéro 345

La vice-présidente à la Cour Pénale internationale, Mme Sanji Mmasenono Monageng du Botswana, répondant aux accusations de plus en plus persistantes et selon lesquelles, cette juridiction est taillée sur mesure pour les Africains, a exhorté les dirigeants des Etats du continent à faire preuve de responsabilité. Elle a fait cette précision lundi 27 octobre, lors de l’ouverture du premier séminaire sous régional des conseils et de la profession juridique à Dakar. A l’en croire, le continent africain est souvent en proie à des «tragédies» qui ne peuvent pas rester impunies.

Afrique : L'Afrique du Sud sommée d'enquêter sur des tortures au Zimbabwe

2014-11-02, Numéro 345

La Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné le 30 octobre, pour la troisième fois, à la police nationale, d'ouvrir une enquête sur des cas de tortures d'opposants au Zimbabwe en 2007, à la demande d'associations de défense des Droits de l'homme. L'arrêt a été rendu à l'unanimité par la Cour qui avait été saisie par la police sud-africaine après deux décisions de justice donnant raison au Centre des litiges d'Afrique australe et au Forum des exilés du Zimbabwe. Ces deux associations se battent depuis mars 2008 devant les tribunaux pour l'ouverture d'une enquête sur 17 responsables zimbabwéens accusés de torture, afin qu'ils soient arrêtés et poursuivis s'ils pénétraient en Afrique du Sud.

Afrique du sud : Première inculpation dans le meurtre du capitaine de foot

2014-11-02, Numéro 345

Un homme de 25 ans a été formellement inculpé de "meurtre et cambriolage à main armé" dans l'affaire du meurtre de Senzo Meyiwa, capitaine de l'équipe nationale de football sud-africaine, a annoncé, vendredi 31 octobre, le parquet. Il s'agit de la première inculpation dans cette affaire, vécue comme un drame national en Afrique du Sud, un pays miné par la criminalité. Plus de 17.000 meurtres ont été enregistrés l'an dernier, faisant de l'Afrique du Sud l'un des pays les plus criminogènes du monde. La mort de cette jeune vedette du football, qui a bouleversé l'opinion, a également été l'occasion pour beaucoup d'exprimer leur colère face à cette criminalité omniprésente, que les pouvoirs publics ne parviennent pas à enrayer.

Côte d'Ivoire : Détermination à éliminer le travail des enfants

2014-11-02, Numéro 345

La Côte d'Ivoire, premier pays producteur de cacao, est «déterminée» à éliminer le «fléau» du travail des enfants dans les plantations même s'il reste «beaucoup à faire», a déclaré la première dame, Dominique Ouattara. La Côte d'Ivoire est considérée comme une importante destination régionale du trafic d'enfants en provenance des pays frontaliers, notamment le Burkina Faso et le Mali, afin de travailler dans ses cultures. Le nombre d'enfants travaillant en Côte d'Ivoire dans la culture du cacao est d'au moins 300 000 et peut s'élever jusqu'à un million, selon la fondation Initiative internationale pour le cacao, une organisation créée par l'industrie du chocolat pour lutter contre le travail des enfants dans la filière, qui souligne que cette notion recouvre une réalité complexe, allant du travail forcé à une contribution occasionnelle.

Côte d’Ivoire : La CPI rejette la demande de Gbagbo d’assister aux funérailles de sa mère

2014-11-02, Numéro 345

La Cour pénale internationale (Cpi) a refusé, mercredi 29 octobre, la demande de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, d’une liberté provisoire pour assister aux funérailles et à l’enterrement de sa mère en Côte d’Ivoire. Bien que considérant la demande de Laurent Gbagbo comme "des circonstances humanitaires, les juges ne sont pas persuadés dans ces circonstances que toutes conditions spécifiques pourraient suffisamment réduire les préoccupations logistiques et de sécurité relatives à un déplacement de M. Gbagbo en Côte d’Ivoire.

Ethiopie : Torture contre les Oromo accusés d'opposition au gouvernement

2014-11-02, Numéro 345

Des milliers d'Oromo font "régulièrement l'objet, en Ethiopie, d'arrestations arbitraires, de longues détentions sans inculpation, de disparitions forcées, d'actes répétés de torture et d'exécutions extrajudiciaires", affirme un rapport d’Amnesty, sur la base de plus de 200 témoignages. Au moins 5 000 Oromos ont été arrêtés depuis 2011 pour leur opposition, encore une fois avérée ou supposée, au gouvernement. Nombre d'entre eux sont accusés de soutien au groupe rebelle Front de libération Oromo.

Gambie : Banjul dans le collimateur de 62 pays à Genève

2014-11-02, Numéro 345

Le mardi 28 octobre, 62 pays ont pris la parole à l'occasion de l'Examen périodique universel de la Gambie, aux Nations unies à Genève, afin d'exhorter les autorités de la Gambie à promouvoir et protéger les droits fondamentaux. Parmi les motifs de préoccupation exprimés par les États membres des Nations unies figuraient les restrictions injustifiées du droit à la liberté d'expression et la reprise des exécutions dans ce pays. Des journalistes ont été victimes de disparitions forcées en Gambie, tandis que des militants ont subi la torture - notamment des brûlures aux jambes causées par de l'huile bouillante et des lacérations dans le dos infligées à l'aide de tiges de métal - pour avoir dénoncé des violations des droits humains commises par l'État.

Global : Non-lieu de la justice française sur l’affaire joola

2014-11-02, Numéro 345

Les familles des victimes sénégalaises du naufrage du Joola sont très déçues de la décision de la justice française qui a rendu un non-lieu sur l’affaire du Joola. Pour autant, elles ne baissent pas les bras. Elles ont promis de continuer la bataille au niveau national pour une réouverture du dossier. Un collectif des victimes de ce naufrage qui avait fait près de 2000 morts en 2002, au large de la Gambie, constitué aujourd’hui d’orphelins ayant plus de 18 ans, ont pris un engagement ferme cette année, lors de la commémoration de l’anniversaire du naufrage, pour faire jaillir toute la lumière sur cette affaire afin qu’on puisse situer les responsabilités.

Madagascar : Harcèlement contre des employés de l’aviation civile après le retour de Ravolomanana

2014-11-02, Numéro 345

Trois employés de l’Aviation civile de Madagascar (Acm) à Antsirabe ont été arrêtés puis jetés en prison dans l’affaire relative au retour en catimini de Marc Ravalomanana au pays le lundi 13 octobre dernier. Le régime, qui a beaucoup brillé par son incompétence de maîtriser la surveillance du territoire national, essaie de se rattraper afin de sauver la face et met la main sur des simples employés de bas niveau de l’Acm à Antsirabe. Ces derniers sont arrêtés et incarcérés dans cette affaire. L’Etat leur en veut de ne pas avoir interpellé leurs supérieurs hiérarchiques concernant l’atterrissage d’un avion suspect à l’aérodrome d’Antsirabe, ce qui aurait dû emmener Marc Ravalomanana depuis l’Afrique du Sud.

Mauritanie : Le gouvernement s'en prend à des militants anti-esclavage

2014-11-02, Numéro 345

Le gouvernement mauritanien a mis, vendredi 31 octobre, en garde contre l'utilisation des mosquées à des fins politiques, une semaine après des échauffourées dans des lieux de culte de la capitale, Nouakchott, impliquant des militants de la lutte contre l'esclavage. Des échauffourées ont eu lieu dans certaines mosquées à la suite de propos de militants anti-esclavagistes accusant "l'ordre religieux établi" de favoriser la persistance de l'esclavage en Mauritanie. Des militants d'une association de lutte contre l'esclavage (Ira) avaient répondu à l'imam de la mosquée centrale de Nouakchott qui accusait cette organisation, sans la citer, d'être "à la solde du judaïsme" et estimait, qu'ils "méritent la mort de par la loi", selon l'Ong. Les trois militants ont été arrêtés par la police le week-end dernier pour "perturbation de la prière, incitation à la haine et à la rébellion et agression contre les forces de l'ordre", a annoncé l'Ira.

Tchad : Les complices de l'ancien président Hissène Habré jugés mi-novembre

2014-11-02, Numéro 345

Le Tchad va juger 29 complices présumés de l'ex-président tchadien Hissène Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et détenu à Dakar, à partir de la mi-novembre, a annoncé le procureur général de Ndjamena, Louapambé Mahouli Bruno. Une session criminelle spéciale sera organisée du 14 novembre au 13 décembre "en vue de juger Saleh Younous (ancien directeur de la Direction de la documentation et de la Sécurité - police politique, ndlr), et 28 autres coauteurs", a-t-il annoncé. Les inculpés seront notamment jugés pour assassinats, tortures, séquestrations, et détentions arbitraires.
 Selon le procureur, "le gouvernement, qui entend rendre justice à toutes les victimes, traduit ainsi dans les faits sa ferme volonté de lutter contre l'impunité".

Afrique : Les Chambres africaines annulent leur mission au Tchad pour l'affaire Habré

2014-10-20, Numéro 343

La mission qui devait être exécutée dans la période comprise entre le 18 octobre et le 02 novembre 2014, n’aura finalement pas lieu. C’est la conséquence du refus de N’Djamena de mettre à la disposition des Chambres africaines extraordinaires, mises sur pied pour juger les auteurs des crimes commis au Tchad de 1982 à 1990, sous le règne de l’ancien président tchadien, Hissène Habré. Par lettre datée du mardi 14 octobre 2014, les autorités judiciaires du Tchad ont fait parvenir à la Chambre d’instruction des Chambres africaines extraordinaires, la notification du rejet de la demande d’entraide judiciaire formulée par celle-ci.

Algérie : Des centaines de policiers ont manifesté devant la présidence

2014-10-19, Numéro 343

Des milliers de policiers algériens ont manifesté, mercredi 15 octobre, devant le siège de la présidence, à El Mouradia, pour réclamer de meilleures conditions de travail ainsi que la démission du chef de la sûreté nationale et des négociations avec le président Abelaziz Bouteflika. Après avoir rencontré des représentants du mouvement à Alger, le Premier ministre a reconnu que les policiers travaillaient dans des conditions difficiles et annoncé la tenue prochaine d’une réunion interministérielle sur la question. Une annonce qui ne semble pas avoir convaincu la majorité des protestataires.

Congo : Un général mis en examen pour crimes contre l’humanité

2014-10-19, Numéro 343

Norbert Dabira, un général de l’armée congolaise, a été mis en examen jeudi 16 octobre à Paris, pour crimes contre l’humanité. Il est mis en cause dans une affaire de disparitions massives survenues à Brazzaville (Congo) en 1999. Cette affaire, dite des «Disparus du Beach», n’a jusqu’à présent pas été élucidée. Un procès avait eu lieu à Brazzaville en 2005, mais le général Dabira et ses coaccusés ont été disculpés, au grand désappointement de la Fédération Internationale des Droits de l’homme, qui dénonce une justice expéditive. Mis en examen en France en août 2013, le général Dabira avait aussitôt présenté un recours, au motif qu’une personne ne peut être jugée deux fois pour les mêmes faits.

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo sera jugée à Abidjan

2014-10-19, Numéro 343

Le procès de l’ex-Première dame ivoirienne, inculpée de «génocide» pour crimes et violences commis durant la crise qui a suivi les élections de 2010, débutera le 22 octobre devant la Cour d'assises d'Abidjan. Près d’une centaine de proches de Laurent Gbagbo seront jugés en même temps qu’elle alors que son mari est toujours détenu à La Haye.

Côte d'Ivoire : La CPI ne renonce pas à juger Simone Gbagbo à La Haye

2014-10-19, Numéro 343

Le bras de fer se poursuit. La Cour pénale internationale avait émis un mandat d'arrêt en 2011 contre l'ancienne première dame. Mais la Côte d'Ivoire n'a pas encore prouvé qu'elle était capable de mener à bien un tel procès. La Cpi rappelle qu'elle doit même prouver qu'elle a entamé de réelles procédures visant Simone Gbagbo. Ainsi a Côte d’Ivoire a transmis le jour de la date butoir du 10 octobre des documents exigés fin août par la Cpi pour prouver l’existence d’une procédure judiciaire en Côte d’Ivoire visant Simone Gbagbo. Ces documents, des procès-verbaux d’interrogatoires, ne semblent pas avoir totalement convaincu le bureau du procureur. Il pourrait le signaler aux juges de la Cpi. Pour quel effet ? Selon la Cpi, le procès de Simone Gbagbo pour atteinte à la sûreté de l’Etat en Côte d’Ivoire ne fait pas obstacle à un deuxième procès à La Haye, où elle est visée par quatre chefs d’inculpation de crimes contre l’humanité.

Côte d’Ivoire : La Fidh dénonce "l'inertie" de la justice

2014-10-19, Numéro 343

La Fédération internationale des ligues des Droits de l'homme (Fidh) s’"inquiéte" de "l'inertie de la justice" dans l'enquête sur un charnier découvert en octobre 2012 dans l'ouest de la Côte d'Ivoire pour laquelle des soldats sont notamment accusés. Un charnier de six corps avait été découvert en octobre 2012 à Togueï, un quartier de la ville de Duékoué, après l'attaque le 20 juillet 2012 du camp de déplacés de Nahibly, voisin de cette ville par des jeunes appuyés par des militaires ivoiriens des Forces républicaines et des "dozo", chasseurs traditionnels servant de supplétifs, selon des témoins.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/