Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Droits humains

RSS Feed

Burundi : Un expert onusien fustige les pressions contre la société civile

2014-11-30, Numéro 349

Les défenseurs des droits humains du Burundi sont assimilés à des opposants politiques par le gouvernement burundais, a déploré Michel Forst, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme. Dans un communiqué publié à l'issue d'une visite au Burundi, il souligne que les membres de la société civile dans le pays « vivent dans un environnement souvent difficile où ils font face à des graves obstacles qui peuvent s'apparenter à des violations de leurs droits et libertés fondamentaux ainsi qu'à leur droit légitime de promouvoir et protéger les droits de l'homme». M. Forst a évoqué notamment «des menaces et des campagnes de diffamation dans certains média». Ils seraient également confrontés à « de très nombreux cas de menaces physiques, appels téléphoniques anonymes, agressions, arrestations arbitraires, et harcèlement judiciaire».

Cameroun : Colère des pygmées Baka

2014-11-30, Numéro 349

L'organisation de défense des droits, Survival International, affirme que les pygmées du groupe ethnique Baka ont exhorté le Fonds mondial pour la nature (Wwf), à cesser de financer des activités anti-braconnage dans les forêts camerounaises. Dans une lettre adressée au Fonds, les Baka accusent les équipes anti-braconnage d’arrêter, de les battre et de les torturer au nom de la conservation de la nature. Ils soutiennent aussi que certains membres de leur ethnie sont morts à la suite de ces traitements.

Egypte : 78 manifestants pro-Morsi mineurs condamnés

2014-11-30, Numéro 349

Soixante-dix-huit mineurs ont été condamnés mercredi 26 novembre en Egypte à 2 à 5 ans de prison pour "appartenance à une organisation terroriste" parce qu'ils avaient manifesté pour réclamer le retour du président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée en 2013. Le nouveau pouvoir égyptien est régulièrement accusé par les organisations internationales de bafouer les Droits de l'homme depuis qu'une implacable et sanglante répression s'est abattue sur les partisans de M. Morsi. Les adolescents, des garçons âgés de 13 à 17 ans, ont été condamnés en appel.

Egypte : Peines de prison confirmées en appel pour 85 étudiants

2014-11-30, Numéro 349

Une Cour d’appel égyptienne a confirmé dimanche 23 novembre, des peines allant jusqu’à cinq ans de prison pour au moins 85 étudiants condamnés pour manifestations illégales et vandalisme lors de manifestations de soutien au président islamiste destitué Mohamed Morsi. Plusieurs centaines d’étudiants ont été jugés pour des violences dans les campus, bastions des partisans de M. Morsi, écarté par l’armée en juillet 2013.

Gambie : Yaya Jammeh traque son ancien ministre de l’information

2014-11-30, Numéro 349

Yaya Jammeh n’aime pas qu’on s’oppose à lui. Le chef de l’Etat Gambien fait traquer son ex-ministre Dr Amadou Scattred Janneh. Ce dernier est recherché par la police gambienne après que le tribunal de Banjul, présidé par le juge Dawda Jallow, a récemment approuvé un mandat d’arrêt émis par le procureur de la République. Le seul tort de l’ex-ministre de l’information, accusé de trahison, est de ne pas résider dans le pays depuis qu’une amnistie lui a été octroyée. Selon la presse, la dernière plainte déposée contre Janneh, datant de novembre 2014, lui reproche d’avoir distribué au Sénégal, en Gambie et dans d’autres lieux, des T-shirts où était inscrit : «Le président Yahya Jammeh doit partir».

Global : Deux actions contre l'État français Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye

2014-11-30, Numéro 349

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi 27 novembre avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment obtenir une révision du procès d'Antoine Abibou, tirailleur condamné en 1944 pour rébellion, 70 ans après le massacre de Thiaroye, près de DakarLa plainte pour disparition inquiétante vise à faire reconnaître le nombre de victimes, volontairement sous-évalué, selon le Cran. Des tirailleurs sénégalais, de retour de la Seconde Guerre mondiale, avait été mitraillés alors qu’ils réclamaient leur complément de solde.

Guinée-Bissau : Six personnes jugées pour excision

2014-11-30, Numéro 349

Six personnes originaires de Guinée ont comparu la semaine dernière devant le tribunal régional de Bissau pour avoir excisé sept fillettes, une première dans le pays depuis l'adoption de la loi interdisant cette pratique. La plainte qui a déclenché les poursuites contre deux exciseuses et quatre parents des jeunes filles a été déposée par le Comité national de lutte contre les pratiques néfastes, qui a obtenu du parlement l'adoption d'une loi contre l'excision en 2011. En 2012, des imams et oulémas s'étaient engagés à «oeuvrer pour l'abolition totale de cette pratique néfaste pour la santé de la femme dans notre pays».

Selon le ministère de la Santé, plus de 320 000 filles et femmes sont excisées en Guinée-Bissau sur une population d'environ 1,7 million d'habitants.

Maroc : Les chômeurs bientôt indemnisés

2014-11-30, Numéro 349

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (Ipe). Les premiers bénéficiaires devront remplir toutefois plusieurs conditions parmi lesquelles le fait d'avoir perdu son emploi pour raisons économiques. L'indemnité représente un filet de sécurité équivalent à 70 % de la moyenne des salaires perçus pendant les 36 derniers mois sans dépasser le smic local, soit à peine 200 euros par mois. La durée d'indemnité est limitée : pas plus de 6 mois.

Maroc : Un tournant dans la lutte contre la torture

2014-11-30, Numéro 349

A l’occasion de la tenue à Marrakech du Forum mondial des droits de l’Homme, le Maroc a déposé lundi 24 novembre, les instruments de ratification du Protocole international. Un mécanisme indépendant sera mis en place pour contrôler les commissariats d’une manière impromptue. Le Maroc avait entamé les procédures de ratification de ce Protocole après l'adoption de cette dernière en Conseil du gouvernement, le 26 mai 2011 et Conseil des ministres, le 9 septembre de la même année, avant qu'il ne soit approuvé par le Parlement. La Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée sous l'impulsion des Nations unies dans le but d'empêcher la torture partout dans le monde, exige des Etats parties de prendre des mesures concrètes afin d'empêcher la torture à l'intérieur de leurs frontières et leur interdit de renvoyer dans leur pays d'origine des personnes qui risqueraient d'y être torturées.

Nigeria : Les téléphones sont désormais interdit pour tout le monde en prison

2014-11-30, Numéro 349

Plus personne ne pourra utiliser de téléphone en prison. La décision a été prise par Abba Moro, le ministre de l’Intérieur, lors d’une réunion avec les directeurs du service des prisons du Nigeria. Cela veut dire que, tout comme les prisonniers, les membres du personnel pénitentiaire sont désormais aussi sujets à cette restriction sécuritaire lorsqu’ils sont au sein de la prison. La réunion qu’Abba Moro a tenu avec les directeurs de prison fait suite aux attaques qu’ont subi divers pénitenciers du pays et au cours desquels des évasions ont eu lieu. Le ministre de l’intérieur est certain que ces actions ont été préparées par téléphone aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des prisons.

Rwanda : Un témoin de l’attentat contre Habyarimana disparaît au Kenya

2014-11-30, Numéro 349

Un Rwandais qui devait témoigner dans l’enquête française sur l’attentat contre l’avion de l’ex-président rwandais Juvénal Habyarimana, considéré comme le signal déclencheur du génocide de 1994, a récemment disparu au Kenya, a indiqué son avocat. Emile Gafirita a été menotté et emmené par des inconnus, a précisé son avocat français, François Cantier, confirmant une information de la radio française Rfi. Cette disparition intervient alors que des témoins dans cette enquête sensible ont déjà été assassinés ou visés par des tentatives de meurtre. Dans cette enquête, ouverte en France car l’équipage de l’avion présidentiel était français, l’ancien juge d’instruction Jean-Louis Bruguière avait lancé neuf mandats d’arrêt contre des proches de l’actuel président rwandais Paul Kagamé, ancien chef de la rébellion tutsi du Front patriotique rwandais. Le magistrat soupçonnait un commando du Fpr de s’être infiltré à travers le dispositif des Forces armées rwandaises pour abattre l’avion.

Sierra Leone : Des personnels anti-Ebola licenciés...

2014-11-30, Numéro 349

Des membres des équipes anti-Ebola chargés de récupérer des corps et de les enterrer ont observé la semaine dernière une grève d'un jour pour réclamer le paiement de primes de risque des mois d’octobre et de novembre. En signe de protestation, certains ont transporté des corps d'une morgue pour les abandonner dans les rues, devant des bureaux de responsables du secteur de la santé. Le chef du Centre national de lutte contre Ebola a estimé que les grévistes "ont ignoré la dignité et le respect dus aux morts". Le gouvernement a déclaré qu'il lance une enquête car la Banque mondiale avait débloqué des fonds pour les indemnités de risque.

Afrique du sud : La police ouvre une enquête à propos de la Résidence de Jacob Zuma

2014-11-17, Numéro 347

La police a confirmé avoir ouvert une enquête sur la résidence privée de Jacob Zuma, dont la rénovation a coûté plusieurs millions d'euros aux contribuables. L'affaire traîne depuis plusieurs années. La rénovation de Nkandla – plus de 17 millions d’euros de travaux aux frais du contribuable – est une affaire qui n’en finit pas. Depuis le début, le gouvernement soutient qu’il s’agit de travaux pour améliorer la sécurité du chef de l’Etat, tandis que la médiatrice de la République, chargée de veiller au bon usage de l’argent public, dénonce des abus comme la construction d'une piscine, d'un amphithéâtre ou encore d'un enclos à bétail. Elle a conclu que le chef de l’Etat a illégalement profité de ces travaux et doit rembourser une partie de la somme engagée. Le président a-t-il personnellement demandé ses travaux ? Etait-il au courant ? Depuis des mois, l’opposition demande des réponses. Frustrée, elle a fini par porter l’affaire en justice.

Burundi : Appel à lutter contre l’impunité

2014-11-17, Numéro 347

Les recommandations prioritaires établies par le comité des droits de l’Homme, qui a analysé le Burundi à Genève les 8 et 9 octobre 2014, doivent être mises en vigueur avant le 31 octobre 2015. D’après ce rapport final sur le Burundi, le Comité des droits de l’homme s’inquiète du nombre important de meurtres attribués à des membres des forces de sécurité sans qu’il y ait des enquêtes. Il demande que des enquêtes impartiales et efficaces soient menées pour identifier et condamner les responsables. Le Burundi devra donc, d’ici l’année prochaine, avoir mené des enquêtes impartiales et efficaces pour identifier les responsables et les condamner à des sanctions appropriées. Il en va de même pour les cas de torture par les forces de défense et de sécurité, les services de renseignements où l’impunité des responsables se remarque.

Burundi : Peur sur Bujumbura

2014-11-17, Numéro 347

Les habitants de la commune Kanyosha disent vivre dans la peur panique depuis début octobre à cause des hommes en armes qui sèment la terreur. Le gouverneur de province de Bujumbura leur propose de renforcer les comités mixtes de sécurité. D’après la population, depuis le 9 octobre 2014, des hommes vêtus de longs manteaux, munis de machettes, gourdins et armes à feu, circulent la nuit. Ils procèdent à des enlèvements en pleine journée ou pendant la nuit.

Centrafrique : Bemba coupable pour la "barbarie" de ses miliciens, selon la Cpi

2014-11-17, Numéro 347

Jean-Pierre Bemba doit être reconnu coupable pour la "barbarie" de ses miliciens en République centrafricaine en 2002-2003, a affirmé mercredi 12 novembre, le bureau du procureur de la Cpi, alors que le procès de l'ancien vice-président congolais touche à sa fin. Jean-Pierre Bemba, 52 ans, est détenu par la Cour pénale internationale à La Haye depuis juillet 2008. Son procès s'était ouvert en novembre 2010. Le président du deuxième parti d'opposition de la République démocratique du Congo, le Mouvement de libération du Congo (Mlc), est accusé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre qu'aurait commis sa milice en 2002 et 2003 en Centrafrique.

Côte d'Ivoire : Le pays africain le plus touché par l'apatridie

2014-11-17, Numéro 347

Le représentant résident du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (Hcr), Mohammed Touré, a révélé à Abidjan que la Côte d'Ivoire est le pays le plus touché par l'apatridie sur le continent africain. "L'on estime à 700 000 le nombre de personnes qui sont soit apatrides soit à risque d'apatridie", a noté M. Touré lors d'un entretien avec des médias. Le Hcr fait remarquer que les apatrides ne peuvent pas accéder aux services sociaux de base, faute de papiers. Cette situation affecte des centaines de milliers de gens, aussi bien les adultes que les enfants.

Gambie : Condamnation des «pratiques constantes» de torture

2014-11-17, Numéro 347

Amnesty International a déclaré que la Gambie a, de nouveau, démontré son mépris flagrant des Droits de l'homme en refusant à une équipe de l'Onu d'enquêter sur les allégations de torture et d'exécutions extra-judiciaires dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest. Selon le directeur régional adjoint d'Amnesty International pour l'Afrique occidentale et centrale, le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extra-judiciaires, sommaires ou arbitraires et le rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants se sont vu refuser l'accès aux centres de détention où les prisonniers sont estimés être à risque élevé de torture. La Gambie a initialement accepté les termes de référence des officiels de l'Onu, mais leur a refusé l'accès à certaines zones de la prison dont l'aile de sécurité de la prison «Mile 2» dans la capitale Banjul où les condamnés à mort sont détenus, souvent à l'isolement pendant de longues périodes et soumis à la torture.



Mauritanie : Arrestations de militants anti-esclavagistes

2014-11-17, Numéro 347

En Mauritanie, plusieurs militants de la lutte contre l'esclavage ont été arrêtés par la gendarmerie alors qu'ils participaient à une manifestation, le 11 novembre. Au moins neuf personnes sont détenues. Ce n’est pas la première fois que des militants des Ong anti-esclavagistes sont soumis à des intimidations. Les membres de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, qui a fait partie de la « caravane anti-esclavagiste », ont déjà été arrêtés plusieurs fois. Les mobilisations contre l’esclavage sont toujours importantes en Mauritanie où le phénomène perdure même après l’abolition en 1981.

Sénégal : Le procureur spécial du Procès de Karim Wade limogé

2014-11-17, Numéro 347

Alors que le procès de Karim Wade pour enrichissement illicite est en cours depuis trois mois et demi, le procureur spécial Alioune Ndao, qui portait l'accusation depuis deux ans, a été brutalement remplacé sur décision du président Macky Sall. Sans la moindre explication. Pendant six mois, cet ancien commissaire de police reconverti dans la magistrature avait conduit de façon discrétionnaire l'enquête préliminaire contre Karim Wade et ses présumés complices avant de passer le relais, en avril 2013, à la Commission d'instruction de la Chambre de répression de l’enrichissement illicite. Son remplaçant, Cheikh Tidiane Mara, est un magistrat ayant officié pendant 17 ans au Tribunal pénal international pour le Rwanda avant de revenir au Sénégal en 2013.

Rdc : Comprendre le procès Bemba en 5 questions

2014-11-17, Numéro 347

Après les déclarations finales de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions sur un procès qui s'est ouvert en 2010…

Rd Congo : Le général Kakwavu condamné à 10 ans de prison

2014-11-17, Numéro 347

Ancien milicien, le général de brigade des Fardc Jérôme Kakwavu a été condamné, à Kinshasa, par la Haute cour militaire, à dix ans de prison ferme pour crimes de guerre. Il est le premier général congolais condamné par la justice de son pays pour crimes de guerre depuis le début de la première guerre du Congo (1996-1997). Le tribunal militaire a reconnu le général Jérôme Kakwavu coupable de viols répétés sur deux mineures, de deux meurtres et d’actes de tortures sur deux autres personnes. La Haute Cour est allée au-delà des réquisitions du ministère public, qui avait demandé huit ans de servitude pénale contre ce général de brigade, alors que le viol est passible de vingt ans d’emprisonnement en République démocratique du Congo.

Sénégal : Le procès de Karim Wade suspendu jusqu'au 1er Décembre

2014-11-17, Numéro 347

Le très médiatique procès de Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, jugé pour enrichissement illicite, a été suspendu jusqu'au 1er décembre en raison du sommet de la Francophonie prévu à Dakar fin novembre. Une annonce qui Intervient après le limogeage du procureur spécial de la Chambre de répression de l’enrichissement illicite, qui serait en désaccord avec sa hiérarchie. Ce dernier, selon la presse locale, voulait poursuivre d'autres anciens responsables, dont des ministres du président Wade, contre l'avis des autorités.

Soudan : L’armée chercherait-elle à cacher un viol collectif ?

2014-11-17, Numéro 347

L’armée soudanaise aurait intimidé les témoins d’un viol collectif commis par des soldats sur 200 femmes d’un village du Darfour du Sud en octobre dernier. Selon un rapport interne des Nations unies, les casques bleus de la mission Onu-Ua au Darfour n’ont pas pu enquêter dans de bonnes conditions sur ces accusations de viol collectif. La Minuad note une ambiance de peur et de silence.

Tchad : Les années noires de l'ère Habré en procès "historique" à N'Djamena

2014-11-17, Numéro 347

Le tribunal de N'Djamena, siégeant en session criminelle spéciale, a ouvert vendredi 13 novembre, le procès pour "assassinats" et "tortures" de 29 complices présumés de l'ex-président Hissène Habré, renversé en 1990, inculpé de crimes contre l'humanité et détenu à Dakar. Pour ce premier procès visant les crimes imputés à l'ex-président, dont certains remontent à bientôt trente ans, le principal accusé est Saleh Younous, un des anciens patrons de la sinistre et redoutée Direction de la documentation et de la sécurité (Dds, police politique). Aujourd'hui encore, signe de la terreur qu'inspirait la Dds dans les années 80, certains habitants de N'Djamena baissent toujours la voix en passant devant les anciens bâtiments de l'institution, pourtant dissoute.

Afrique : Interpellations répétitives d'africains par la CPI

2014-11-02, Numéro 345

La vice-présidente à la Cour Pénale internationale, Mme Sanji Mmasenono Monageng du Botswana, répondant aux accusations de plus en plus persistantes et selon lesquelles, cette juridiction est taillée sur mesure pour les Africains, a exhorté les dirigeants des Etats du continent à faire preuve de responsabilité. Elle a fait cette précision lundi 27 octobre, lors de l’ouverture du premier séminaire sous régional des conseils et de la profession juridique à Dakar. A l’en croire, le continent africain est souvent en proie à des «tragédies» qui ne peuvent pas rester impunies.

Afrique : L'Afrique du Sud sommée d'enquêter sur des tortures au Zimbabwe

2014-11-02, Numéro 345

La Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné le 30 octobre, pour la troisième fois, à la police nationale, d'ouvrir une enquête sur des cas de tortures d'opposants au Zimbabwe en 2007, à la demande d'associations de défense des Droits de l'homme. L'arrêt a été rendu à l'unanimité par la Cour qui avait été saisie par la police sud-africaine après deux décisions de justice donnant raison au Centre des litiges d'Afrique australe et au Forum des exilés du Zimbabwe. Ces deux associations se battent depuis mars 2008 devant les tribunaux pour l'ouverture d'une enquête sur 17 responsables zimbabwéens accusés de torture, afin qu'ils soient arrêtés et poursuivis s'ils pénétraient en Afrique du Sud.

Afrique du sud : Première inculpation dans le meurtre du capitaine de foot

2014-11-02, Numéro 345

Un homme de 25 ans a été formellement inculpé de "meurtre et cambriolage à main armé" dans l'affaire du meurtre de Senzo Meyiwa, capitaine de l'équipe nationale de football sud-africaine, a annoncé, vendredi 31 octobre, le parquet. Il s'agit de la première inculpation dans cette affaire, vécue comme un drame national en Afrique du Sud, un pays miné par la criminalité. Plus de 17.000 meurtres ont été enregistrés l'an dernier, faisant de l'Afrique du Sud l'un des pays les plus criminogènes du monde. La mort de cette jeune vedette du football, qui a bouleversé l'opinion, a également été l'occasion pour beaucoup d'exprimer leur colère face à cette criminalité omniprésente, que les pouvoirs publics ne parviennent pas à enrayer.

Côte d'Ivoire : Détermination à éliminer le travail des enfants

2014-11-02, Numéro 345

La Côte d'Ivoire, premier pays producteur de cacao, est «déterminée» à éliminer le «fléau» du travail des enfants dans les plantations même s'il reste «beaucoup à faire», a déclaré la première dame, Dominique Ouattara. La Côte d'Ivoire est considérée comme une importante destination régionale du trafic d'enfants en provenance des pays frontaliers, notamment le Burkina Faso et le Mali, afin de travailler dans ses cultures. Le nombre d'enfants travaillant en Côte d'Ivoire dans la culture du cacao est d'au moins 300 000 et peut s'élever jusqu'à un million, selon la fondation Initiative internationale pour le cacao, une organisation créée par l'industrie du chocolat pour lutter contre le travail des enfants dans la filière, qui souligne que cette notion recouvre une réalité complexe, allant du travail forcé à une contribution occasionnelle.

Côte d’Ivoire : La CPI rejette la demande de Gbagbo d’assister aux funérailles de sa mère

2014-11-02, Numéro 345

La Cour pénale internationale (Cpi) a refusé, mercredi 29 octobre, la demande de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, d’une liberté provisoire pour assister aux funérailles et à l’enterrement de sa mère en Côte d’Ivoire. Bien que considérant la demande de Laurent Gbagbo comme "des circonstances humanitaires, les juges ne sont pas persuadés dans ces circonstances que toutes conditions spécifiques pourraient suffisamment réduire les préoccupations logistiques et de sécurité relatives à un déplacement de M. Gbagbo en Côte d’Ivoire.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/