Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Conflits & urgences

RSS Feed

Afrique : Le Maroc malade du Sahara occidental

2015-01-18, Numéro 352

Depuis le 3 octobre 2014, un mystérieux hacker publie des centaines de documents. Cette abondante littérature mise à disposition de tout internaute confirme la centralité de la question du Sahara occidental dans la sphère politique marocaine. La priorité accordée à ce dossier a été réaffirmée dans le discours du roi, prononcé le 6 novembre 2014 à l’occasion du 39e anniversaire de la «marche verte». Érigé en «cause nationale» selon la phraséologie officielle, il est au centre des préoccupations politiques du pays depuis près de quatre décennies. Mais à mesure que le conflit s’enlisait et que la « récupération des provinces du Sud » rencontrait de multiples obstacles, l’obsession du régime devenait plus importante encore. Le poète marocain Abdellatif Laâbi ne s’est pas trompé en considérant son pays «malade du Sahara».

Algérie : La colère du Sud fait réagir les partis

2015-01-18, Numéro 352

Ghardaïa s’embrase avec le retour des violences dans la région, depuis le vendredi 16 janvier. Le décès de trois citoyens mozabites asphyxiés par gaz lacrymogène n’a pas laissé certains partis politiques insensibles. Sur la question des manifestations à In Salah et plusieurs autres régions du Sud, contre l’exploitation du gaz de schiste, en dehors du Ffs, les autres partis politiques contactés affichent leur solidarité et saluent le degré de conscience citoyenne chez ces populations. Pour eux, la rue a imposé un débat que le Parlement algérien n’a pas pu tenir lors du vote de la loi permettant l’exploitation du gaz non-conventionnel.

Cameroun : Les Camerounais se sentent abandonnés face à Boko Haram

2015-01-18, Numéro 352

Alors que la communauté internationale s’émeut pour les attentats qui ont fait 17 morts, le 11 janvier, à Paris, au Cameroun, après la nouvelle attaque, lundi 12 janvier, contre une base camerounaise dans le nord du pays, les populations et autorités camerounaises commencent à se sentir abandonnés par la communauté internationale. Les militaires eux-mêmes – malgré les succès remportés sur le terrain – commencent également à se sentir seuls face à un groupe radical de plus en plus déterminé. Pour les Camerounais, il est de plus en plus flagrant que l’armée nigériane a renoncé à pourchasser Boko Haram dans certains secteurs, laissant notamment les jihadistes libres d’agir le long de la frontière camerounaise.

Global : L'ONU et la Cedeao appellent à réagir contre Boko Haram

2015-01-18, Numéro 352

Une représentante des Nations unies et le président de la Cedeao ont appelé vendredin16 janvier à réagir contre les islamistes de Boko Haram, qui ravagent le nord-est du Nigeria depuis six ans et exportent leur combat vers les pays frontaliers. Le président du Ghana, John Dramani Mahama, qui préside la Cedeao, a indiqué faire pression pour qu'une réunion spéciale sur la menace terroriste en Afrique se tienne durant le prochain sommet de l'Union africaine. Il a déclaré, lors d'une réunion de l'organisation qu'il espérait parvenir à «un plan d'action spécifique pour en finir avec le problème du terrorisme sur le continent» africain.

Kenya : Quand les lois antiterroristes renforcent le terrorisme

2015-01-18, Numéro 352

Récemment promulguées au Kenya, les lois anti-terroristes semblent avoir divisé le pays en raison de la négligence et de la manière précipitée avec laquelle elles ont été élaborées, débattues et adoptées. Le gouvernement a poussé, de manière irresponsable, vers une pensée dichotomique de type : «soit vous supportez les lois sécuritaires, soit vous êtes un sympathisant terroriste». Ce type d'approches des affaires publiques (législation, décisions et politiques publiques) tue le débat avec comme résultat des idées précipitées et imposées. L'adoption précipitée de lois sécuritaires draconiennes reflète l'arrogance intellectuelle et le manque de respect pour la pensée analytique.

Mali : Affrontements entre l'armée malienne et des terroristes

2015-01-18, Numéro 352

La ville de Ténenkou, dans la région de Mopti (centre du Mali), a été attaquée par des éléments terroristes vendredi 16 janvier, occasionnant des pertes en vie humaines et des dégâts matériels de part et d’autre, annonce un communiqué du ministère malien de la Défense. Selon une source médicale, il y a eu 4 morts (3 militaires et un civil maliens) ainsi que 5 blessés, tous des militaires. Le 8 janvier dernier, la même ville avait été attaquée par des éléments du Mujao. La Minusma exhorte les groupes concernés à immédiatement revenir sur leurs positions initiales pour un cessez-le-feu et rappelle à toutes les parties qu’elle prendra toutes les mesures nécessaires (…) pour protéger la population civile et le personnel des Nations Unies, indique le texte.

Niger : L’afflux des réfugiés et la recrudescence de l’insécurité

2015-01-18, Numéro 352

Au titre de l’année écoulée, plus de quarante-cinq mille personnes, fuyant les violences perpétrées par Boko Haram, ont été prises en charge par le Comité international de la Croix rouge du Niger. Au cours de ce mois de janvier, ce groupe radical a pris le dessus sur les forces nigérianes après pris le contrôle de l’une des plus importantes bases militaires du Nigéria. Aussi, pour porter secours aux réfugiés, les autorités nigériennes ont annoncé le lancement d’une opération d’urgence de plusieurs dizaines de millions de dollars. A côté de cette mesure, des dispositions retenues par les quatre pays touchés par les attaques de Boko Haram (Cameroun, Niger, Tchad et Nigéria) visent à coordonner leurs actions militaires contre la secte islamiste.

Ouganda : La défection de Dominic Ongwen, un coup dur pour la LRA

2015-01-18, Numéro 352

En Ouganda, Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la sanglante Armée de résistance du Seigneur (Lra) de Joseph Kony, s'est rendu et se trouve aux mains des forces spéciales américaines en Centrafrique. Il s’agit d’un revers historique pour cette rébellion qui a semé la terreur dans le nord de l’Ouganda pendant près de 20 ans avant d’en être chassée et de survivre aux frontières du pays depuis 2006. Chef des opérations et troisième dans l’échelle de commandement, Dominic Ongwen est souvent considéré comme le véritable numéro deux de la Lra tant son influence est grande. Autant dire qu’il possède des informations cruciales sur la rébellion.

Rd Congo : L'ONU attend toujours le feu vert de Kabila pour une intervention

2015-01-18, Numéro 352

Les Nations unies attendent toujours le feu vert du président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, pour lancer une intervention militaire dans l'est du pays pour en chasser des rebelles rwandais, ont-elles fait savoir vendredi 16 janvier. Selon le porte-parole de l'Onu, M. Kabila n'a pas encore signé le document approuvant l'action programmée de l'armée congolaise et de la force de l'Onu, malgré les appels en ce sens du Conseil de sécurité et du secrétaire général Ban Ki-moon il y a plus d'une semaine. La Mission des Nations unies en Rdc (Monusco) se prépare à lancer une offensive contre des rebelles hutus dans l'est du pays, mais le succès d'une telle opération repose sur l'implication active de l'armée régulière congolaise.

Soudan du Sud : Une guerre aux conséquences économiques désastreuses

2015-01-18, Numéro 352

Le conflit au Soudan du Sud a démarré depuis maintenant plus d’un an, et malgré de nombreuses négociations entre les belligérants, il semble parti pour durer encore un certain temps. Les conséquences économiques pour le tout jeune Etat, né en 2011, sont déjà considérables. Rien que pour l’année 2014, le Pib sud-soudanais à chuté de 15 %, et si la guerre devait durer les pertes se chiffreraient en dizaines voire en centaines de milliards de dollars, comme l’a montrée une étude de l’agence Frontier Economics. Selon elle, si la guerre au Soudan du Sud se terminait dans les années à venir, elle coûterait malgré tout autour de 25 milliards de dollars au jeune Etat. Et l’addition pourrait s’élever à 150 milliards si jamais le conflit perdurait pendant vingt ans.

Afrique : Le chef de Boko Haram menace le président camerounais .

2015-01-12, Numéro 351

L’armée camerounaise semble être le mouton noir de la secte islamiste Boko Haram. C’est du moins ce que laissent penser les menaces du leader de cette nébuleuse, Abubakar Shekau, contre le président Paul Biya. En effet, dans une vidéo postée le 5 janvier dernier sur Youtube, le chef de Boko Haram a menacé le président camerounais de s’en prendre violemment à son pays comme il le fait avec le Nigeria, s’il ne met pas fin à son plan « maléfique ». De prime abord, on peut dire que cette menace ressemble fort à des intimidations. Mais elles pourraient aussi signifier et c’est certainement le cas, que l’armée camerounaise donne du fil à retordre aux combattants de Boko Haram. On le sait, contrairement à l’armée nigériane qui décampe au moindre coup de feu de Boko Haram, celle du Cameroun ne lui fait pas de quartier.

Global : l'Afrique représentée au plus haut niveau à la manif pour Charlie Hebdo

2015-01-12, Numéro 351

À l'instar de la cinquantaine de dirigeants du monde présents le 11 janvier 2015 à Paris, plusieurs chefs d’Etat et chefs de gouvernement africains ont participé à la marche organisée à Paris, pour soutenir la France contre les attentats islamistes qui ont fait récemment 17 morts dans la capitale française. Il s’agit du Malien Ibrahima Boubacar Keita, du Gabonais Ali Bongo Ondimba, du Béninois Boni Yayi, du Togolais Faure Gnassingbé, du Sénégalais Macky Sall et du Nigérien Mahamadou Issoufou. Cette présence semble répondre au soutien de la France dans le combat contre les djihadistes en Afrique. Avec l'opération Barkhane qui a suivi l'opération Serval, la France a quelque 1 000 soldats au Mali et 2 000 dans les pays voisins du Sahel.

Kenya : De bien étranges pourparlers à Nairobi

2015-01-04, Numéro 351

Différents responsables de l'ex-coalition Seleka ainsi que des chefs anti-balaka ont été invités à Nairobi, la capitale kenyane. Des participants assurent avoir croisé dans les couloirs de l'hôtel où ils se trouvent l'ancien président Djotodia, ou son adversaire de 2013, François Bozizé. Une démarche à laquelle les autorités centrafricaines de transition elles-mêmes disent ne pas avoir été associées. Les membres des forces vives centrafricaines critiquent déjà un processus qui veut, selon certains, décider de l'avenir de la Centrafrique «en catimini».

Kenya : Les chrétiens inquiets

2015-01-04, Numéro 351

Les chefs de l’Eglise du Kenya donnent l’alerte : les attaques perpétrées par les militants du groupe somalien al-Shabab augmentent, avec un accent de plus en plus anti-chrétien, y compris des exécutions ciblées de non-musulmans. Lors d’une conférence de presse à Nairobi à la mi-décembre, les dirigeants religieux chrétiens du Kenya ont appelé les musulmans à redoubler d’efforts pour prêcher la tolérance et mettre fin à la radicalisation des jeunes. Ils mettent en garde contre une dérive dangereuse et dénoncent l’exécution de 64 chrétiens, pendant les trois dernières semaines. Elles ont eu lieu à Mandera et ses alentours, une ville située sur la frontière avec la Somalie. A chaque fois, les non-musulmans ont été séparés des musulmans.

Libye : Le pays ravagé par les violences

2015-01-04, Numéro 351

Hélicoptère abattu, important terminal pétrolier en feu, attentat à la voiture piégée près du siège provisoire du Parlement : la Libye en proie aux violences et aux luttes de pouvoir risque de basculer dans une guerre totale. Depuis la chute du régime en octobre 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après une révolte de huit mois, le pays est livré aux milices rivales formées d'ex-rebelles sans que les autorités de transition ne parviennent à rétablir l'ordre ou à faire cesser les combats. La situation est très confuse dans ce pays riche en pétrole, dirigé désormais par deux gouvernements et Parlements rivaux -les uns proches de la puissante coalition des milices "Fajr Libya" et les autres reconnus par la communauté internationale- qui se disputent le pouvoir.

Libye: réunion à Genève pour essayer de ramener la paix

2015-01-12, Numéro 351

Les parties en conflit en Libye doivent se rencontrer la semaine prochaine à Genève sous l'égide de l'Onu en vue mettre fin aux violences et à la crise politique, mais l'issue de ce dialogue semble très incertaine vu l'ampleur des divisions. Après la chute du dirigeant Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye s'est lentement enfoncée dans le chaos, avec la montée en puissance des milices d'ex-rebelles qui font aujourd'hui la loi. La situation s'est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles, faisant craindre une guerre ouverte, alors que Tripoli et Benghazi (est) sont tombées sous le contrôle de milices.

Niger : "Les Occidentaux ne nous ont pas demandé notre avis avant de renverser Kadhafi"

2015-01-04, Numéro 351

Quatre ans après son arrivée au pouvoir, Mahamadou Issoufou est en première ligne sur le front de la lutte contre les groupes jihadistes au Sahel. Le chef de l’État sait bien qu'il doit chaque jour veiller à la sécurité du Niger, tout en maintenant un équilibre délicat entre le respect de la souveraineté de son pays et l'indispensable appui militaire français. Mais sa grande inquiétude, c'est la situation en Libye. Et sur le sujet, il n'y va pas par quatre chemins. Il faut, dit-il, une nouvelle intervention militaire : "Les Occidentaux ne nous ont pas demandé notre avis avant de renverser Kadhafi en 2011. Mais mon opinion est claire : nous ne pouvons pas laisser la situation se dégrader indéfiniment. À trop hésiter, c'est tout le Sahel qui, dans quelques mois, risque de se transformer en chaudron."

Nigeria : L’armée appelle à l’aide la communauté internationale contre Boko Haram

2015-01-12, Numéro 351

L’armée nigériane a appelé à une coopération internationale face à Boko Haram, après une vaste offensive du groupe terroriste armé dans le Nord-Est, décrite comme son attaque «la plus meurtrière» en cinq années d’insurrection. Le bilan des victimes de l’offensive de Boko Haram contre Baga et plusieurs autres localités sur les rives du lac Tchad, dans le nord de l’Etat de Borno, n’a pas encore été indépendamment déterminé, mais pourrait s’avérer extrêmement élevé – certains ont évoqué plusieurs milliers de morts. L’attaque de Baga et d’autres localités sur les rives du lac Tchad a par ailleurs provoqué la fuite de près de 20 000 personnes. En réalité, au moins 16 villes et villages de la zone ont été rasés. Les terroristes ont également pris le contrôle de la base de la Force multinationale (MNJTF), censée regrouper des soldats nigérians, nigériens et tchadiens dans la lutte contre Boko Haram.

Burkina Faso : L’insurrection populaire de fin octobre fait 24 morts et 625 blessés

2014-11-30, Numéro 349

L’insurrection populaire fin octobre au Burkina Faso, qui a poussé le président Blaise Compaoré à démissionner, a fait 24 morts et 625 blessés, selon un avant-projet de rapport du comité ad hoc sur les atteintes aux droits humains, organe mis en place par les autorités de transition. Selon la présidente de la commission ad hoc, Clarisse Ouoba, les 625 blessés présentant des lésions de toutes natures (inhalation de gaz lacrymogène, plaies pénétrantes par balles ou objets tranchants) ont été reçus dans des formations sanitaires du pays. A la lumière des faits et dans le souci de rétablir la paix et la cohésion sociale, le comité ad hoc a formulé des recommandations, entre autres, l’organisation d’une journée nationale d’hommage aux morts.

Cameroun : L'armée détruit un camp d'entrainement de Boko Haram

2014-11-30, Numéro 349

L’armée camerounaise vient de marquer un point de plus dans la guerre contre Boko Haram. Dans la nuit du 21 au 22 Novembre 2014, un camp d’entrainement implanté par les combattants de la secte à Kolofata a été détruit par l’armée camerounaise. Plusieurs combattants de la secte ont été tués par l’armée camerounaise au cours de cette opération de délogement. Du matériel de guerre a été saisi et plusieurs combattants sont tombés dans les filets des soldats camerounais. Selon plusieurs sources, le Nord du Cameroun est devenu depuis plusieurs mois une zone de recrutement et d'entraînement du groupe islamiste nigérian. Les recruteurs ont sillonné tous les villages frontaliers du Nigeria proposant de 100 000 à 200 000 F aux camerounais qui voudraient bien les rejoindre.

Global : La situation en Libye inquiète Paris et le Caire

2014-11-30, Numéro 349

Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi s'est entretenu, le mercredi 26 novembre, à Paris, avec le président français, François Hollande avec notamment, au menu de leurs discussions, la Libye. Paris et Le Caire craignent que le chaos actuel dans le pays ne profite aux jihadistes. Une franchise officielle du groupe Etat islamique est d'ailleurs présente dans la ville de Derna, près de la frontière égyptienne. Par ailleurs, à Benghazi, les combats meurtriers font rage, depuis mai dernier, entre d'autres groupes jihadistes comme Ansar al-Charia et les forces du général Haftar soutenues par l'Egypte, dont l'armée est soupçonnée d'être de plus en plus active en Libye.

Global : L’ONU épingle l’ex-président Djotodia

2014-11-30, Numéro 349

Des experts du l'Onu ont recommandé au Conseil de sécurité de décréter des sanctions ciblées contre une quinzaine de personnes dont l'ex-président centrafricain Michel Djotodia. Ce dernier est accusé de torpiller la transition politique à Bangui et de demander la partition du pays. Il s'agit pour l'instant de propositions et aucune décision n'a été prise. La liste, dressée par un groupe d'experts indépendants, est soumise au Comité des sanctions, qui dépend du Conseil de sécurité et décidera du nombre et de l'identité des sanctionnés. Aucun délai précis n'a non plus été fixé pour une décision, qui prendra de toute façon plusieurs semaines.

Kenya : Après l'attaque des shebab, la population réclame plus de sécurité

2014-11-30, Numéro 349

Les syndicats de milliers de professeurs et médecins leur ont conseillé de quitter le nord-est du Kenya, secoué par de meurtrières attaques des islamistes somaliens shebab, tandis qu'à Nairobi des manifestants ont réclamé mardi 25 novembre une sécurité renforcée. La dernière attaque des shebab, qui a visé un bus près de la ville de Mandera, frontalière de la Somalie, a fait 28 morts. Le commando islamiste a séparé les 60 passagers du véhicule en deux groupes - musulmans et non-musulmans - et a exécuté froidement les hommes et femmes du second groupe d'une balle dans la tête. Vingt-quatre des 28 victimes étaient des professeurs, trois autres des médecins

Soudan : 200 morts dans des accrochages tribaux

2014-11-30, Numéro 349

Au moins 200 personnes auraient été tuées et plus de 100 blessées dans des affrontements meurtriers entre deux clans rivaux arabes dans l’Ouest de l’État pétrolier du Kordofan au Soudan. Un oléoduc a également été détruit lors des accrochages entre les clans d’Awlad Omran et Al-Ziyoud qui se disputent une zone et contestent la répartition des bénéficiaires d’une compensation monétaire destinée aux personnes touchées par les opérations pétrolières dans la région. Les affrontements se sont étendus à d’autres parties de l’Ouest de l’État du Kordofan, notamment à Baliala, Kanar, Babanosa, Lagawa et Nama non loin de la capitale de l’Etat. Kordofan Ouest est le principal état producteur de pétrole au Soudan, et est frontalier à la région instable du Darfour et au Sud-Soudan voisin.

Soudan du Sud : Juba veut éviter des sanctions «contre-productives»

2014-11-30, Numéro 349

L’allié américain serait-il en train de changer de position ? Le Soudan du Sud a protesté, mardi 25 novembre, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, contre des sanctions à son encontre envisagées par plusieurs Etats, dont les Etats-Unis. Ces sanctions pourraient viser le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival, l'ancien vice-président Riek Machar, qui s'affrontent depuis près d'un an. Depuis quelques semaines, les diplomates américains à l’Onu disent qu’ils sont prêts à imposer des sanctions contre le Soudan du Sud – en l’occurrence, un embargo sur les armes. Ils affirment également n’attendre que le feu vert de Washington.

Togo : Les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cris

2014-11-30, Numéro 349

A quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications réclamées concernent principalement la limitation du nombre de mandats, le mode de scrutin à un tour de la présidentielle et la nomination des juges de la Cour constitutionnelle. Pour Faure Gnassingbé, la question des réformes n’est pas un tabou. Mais toute modification doit se faire dans un esprit consensuel et surtout dans le respect des institutions et des procédures constitutionnelles. L’opposition compte maintenir la pression sur le pouvoir à travers une nouvelle manifestation. Elle estime que Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, et qui bouclerait deux mandats consécutifs à la tête de l’État en 2015, devrait être écarté de la prochaine présidentielle.

Afrique du Sud : L'explosion de la centrale syndicale Cosatu, un séisme

2014-11-17, Numéro 347

Un syndicat doit-il soutenir sans faille un parti au pouvoir qui ne l'écoute pas ? La question est sur le point de faire exploser le Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu), au risque de provoquer un séisme politique en déstabilisant l'Anc.
Après des mois de procès d'intentions, de petites phrases, de déclarations enflammées et d'anathèmes, la direction du Cosatu a exclu samedi le syndicat des métallos Numsa, l'une de ses 21 composantes et la plus importante numériquement avec près de 350 000 adhérents (sur 2,2 millions).
Le Numsa ne cessait depuis plusieurs mois de critiquer la "politique néolibérale" de l'Anc, qu'il a refusé de soutenir pour les élections législatives de mai dernier. Pire, il a annoncé le prochain lancement de sa propre centrale.

Centrafrique : Menace sur l'aide humanitaire

2014-11-17, Numéro 347

Médecins sans frontières s'est dit préoccupée par la recrudescence de l'insécurité et des actes de violences et de racket. Des actes imputés à des "groupes armés crapuleux'' qui visent les acteurs humanitaires. Cette situation d'insécurité agace sérieusement. Médecins sans Frontières, qui réclame un environnement apaisé, juge curieux le silence des autorités de transition et des forces internationales déployées dans le pays. Préoccupations apparemment prise en compte par le Groupe international de contact sur la Centrafrique qui insiste pour que tous les acteurs humanitaires aient la possibilité d'accomplir librement leur mission sur toute l'étendue du territoire national. Reste que ces mesures soient suivies d'effets.

Lesotho : L'auteur du coup d'Etat manqué accusé de menacer le retour à la paix

2014-11-17, Numéro 347

L'auteur présumé du coup d'Etat manqué fin août au Lesotho n'a pas tenu sa promesse de se retirer et menace l'accord de paix signé fin octobre, accuse un haut responsable de l'armée, qui demande l'aide de la Communauté d'Afrique australe. Dans une lettre adressée au vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa, le secrétaire du ministère de la Défense Thato Mohasoa accuse le général Tlali Kamoli de harceler ses rivaux et de continuer à donner des instructions à ses hommes, malgré sa promesse de retrait. En octobre, sous la pression des médiateurs sud-africains, il avait accepté de "prendre un congé" et de déléguer son autorité à son adjoint pour une durée indéterminée. Ses deux principaux rivaux avaient accepté de faire de même.

Lesotho : Les autorités soupçonnent la présence de mercenaires

2014-11-17, Numéro 347

Une enquête a été ouverte au Lesotho sur la présence possible de mercenaires étrangers complotant l'assassinat du Premier ministre Thomas Thabane, déjà visé par une tentative de coup d'Etat fin août. Des responsables policiers et gouvernementaux ont précisé que des bureaux du gouvernement avaient dû être évacués, tandis que le Premier ministre et le roi Letsie III ont annulé des obligations publiques pour ces raisons. Selon un commissaire adjoint, une quinzaine de mercenaires du Nigeria et du Ghana sont soupçonnés de s'être introduits dans le pays avec des armes.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/