Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Conflits & urgences

RSS Feed

Afrique : Le phénomène des enfants soldats reste une préoccupation

2015-02-15, Numéro 356

Le jeudi 12 février était célébrée la Journée internationale des enfants soldats. Un phénomène qui touche près de 300 000 enfants et que l'on retrouve dans plusieurs pays en crise sur le continent africain. Régulièrement, les Nations unies et les Ong de protection des droits des enfants se mobilisent contre ce phénomène. Il y a peu de statistiques récentes sur l'enrôlement de jeunes filles et garçons mineurs par des milices, mais ce phénomène est présent dans les dernières crises qui ont frappé le continent. En Centrafrique par exemple, Save the Children compte «jusqu'à 10 000 enfants soldats» recrutés par des milices impliqués dans le conflit. Un chiffre qui a été multiplié par quatre depuis le déclenchement de la crise en Rdc.

Afrique du Sud : Julius Malema en difficulté dans son propre parti

2015-02-15, Numéro 356

C'est la révolution au sein du parti de Julius Malema. Le leader populiste sud-africain fait face à une vraie contestation au sein de ses troupes, mais également de la part d'anciens alliés. Son parti, EFF (Combattants pour la liberté économique en français), a tout juste deux ans et déjà son président, ou plutôt son «commandant en chef» comme il se fait appeler, est accusé d'autoritarisme, de népotisme et de détournement de fonds. Une dizaine de hauts cadres du parti de Julius Malema demandent la démission de leur président. Ils l'accusent notamment de détourner les fonds du mouvement. En effet, pas plus tard que le mois dernier, Malema s'est acheté une Golf GTI avec la carte bancaire de son parti. Confronté par la presse, il a simplement indiqué qu'il s'agissait d'une erreur.

Algérie : Un observatoire pour contrer l’endoctrinement

2015-02-15, Numéro 356

L’Algérie se dotera prochainement d’un observatoire national pour lutter contre l’extrémisme religieux et les pratiques rituelles non musulmanes. Cette entité regroupera des experts des secteurs des affaires religieuses, de l’éducation, de la jeunesse, de l’enseignement supérieur, de la Sûreté nationale ainsi que des représentants de la société civile. L’Observatoire aura pour mission de lutter contre toute forme d’extrémisme rituel, un phénomène qui risque, vu les cas enregistrés, «de prendre des allures inquiétantes». Le ministre a reconnu que l’endoctrinement religieux et les cultes et pratiques rituelles non musulmans sont bel et bien réels, d’où la nécessité « d’immuniser les Algériens », les jeunes en particulier, contre d’éventuelles tentatives d’endoctrinement.

Burundi : L'armée accusée d'au moins 47 exécutions extrajudiciaires

2015-02-15, Numéro 356

Des exécutions extrajudiciaires ont été commises lors des affrontements avec un groupe armé dans la province de Cibitoke, dans le nord-ouest du pays, selon un rapport de Human Rights Watch. L’organisation internationale des Droits de l’homme signale aussi que des membres armés de la ligue des jeunes du parti au pouvoir ont également participé aux exécutions qui ont eu lieu entre le 30 décembre 2014 et le 3 janvier 2015. Selon le Hwr, les meurtres commis à Cibitoke s’inscrivent dans une longue série d'exécutions extrajudiciaires commises depuis plusieurs années par les forces de sécurité burundaises et par des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir. Parmi les victimes figurent de nombreux civils, ainsi que des membres de groupes armés et d’autres opposants présumés.

Cameroun : Ils ont fui l'horreur et racontent

2015-02-15, Numéro 356

Le Cameroun accueille 32 000 réfugiés nigérians venus de l’Etat de Borno qui ont fui Boko Haram. Ils sont regroupés dans l’Extrême-Nord, dans le camp de Minawao à une cinquantaine de kilomètres de leur pays. Beaucoup sont chrétiens, tous ont fui les violences de Boko Haram. Reportage…

Centrafrique : Le ministre des Sports libéré

2015-02-15, Numéro 356

Après avoir été enlevé à Bangui, le 25 janvier, le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l’ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a finalement été libéré, dans la nuit de mardi 10 février. Premier membre du gouvernement retenu en otage depuis le début de la crise centrafricaine, le ministre avait été capturé par des hommes armés suite à une succession de rapts dont celui d’une humanitaire française et d’une employée de l’Onu, qui ont fini par être libérées. Il était le chef de la rébellion Mouvement révolution-justice basée dans le Nord-Ouest, qui a rejoint le gouvernement de Mahamat Kamoun après l’accord de cessation des hostilités du 23 juillet à Brazzaville. Son enlèvement montre que la situation est toujours tendue en Centrafrique, malgré la présence des troupes françaises, celles de l’Onu et de la force africaine.

Côte d’Ivoire : Plus de 62 % des ex-combattants ont été déjà réinsérés

2015-02-15, Numéro 356

Plus de 62 % des 74 000 ex-combattants de la crise post-électorale de la Côte d’Ivoire ont pu bénéficier d’une réinsertion professionnelle au cours des deux années écoulées, a-t-on appris jeudi auprès de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion. Selon le directeur général de la structure, l’Etat de Côte d’Ivoire a financé 80 % du processus. Celui-ci a aussi salué l’engagement des partenaires tels que les Nations-Unies, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement qui ont décidé d’accompagner le processus à travers un financement substantiel.

Guinée : La Croix-Rouge s’inquiète des violences contre son personnel

2015-02-15, Numéro 356

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a déclaré déplorer les violences dont sont victimes des volontaires de la Croix-Rouge guinéenne, dans un communiqué officiel dénonçant ces actes que la crainte et la méfiance vis-à-vis du virus Ebola ont provoqués. L’incident le plus récent est survenu dimanche 8 février à Forécariah, dans l’ouest de la Guinée. Deux volontaires de la Croix-Rouge guinéenne ont été battus alors qu’ils étaient venus dans la ville pour organiser un enterrement digne et sécurisé d’un membre de la communauté.

Nigeria : 58 morts depuis décembre dans des violences pré-électorales

2015-02-15, Numéro 356

Les violences liées aux élections présidentielle et parlementaire au Nigeria ont fait 58 morts depuis décembre, a rapporté vendredi 13 février, la Commission nationale des droits de l'Homme (Nhrc), qui dénonce des discours de haine et craint des victimes supplémentaires. Sur une période de 50 jours depuis décembre 2014, à l'ouverture de la campagne, la Nhrc a reçu des rapports et enquêté sur plus de 60 incidents de violences liées à la politique (...) ayant causé la mort de 58 personnes, tandis que plusieurs autres ont été blessées, affirme la commission dans un rapport. Selon le document, ces violences se sont produites dans 22 Etats du Nigeria, une fédération composée de 36 Etats et un territoire fédéral (Abuja, la capitale).

Somalie : Le pays contre l’arrêt des transferts d’argent depuis les USA

2015-02-15, Numéro 356

Le gouvernement de la Somalie a appelé les Etats-Unis à revoir leur décision d’arrêter les services de transferts d’argent vers leur pays, de peur que ces fonds servent à financer le terrorisme. Le chef du gouvernement somalien a souligné que les envois d’argent n’étaient pas seulement un moyen pour nourrir les bénéficiaires, mais également un système d’assistance volontaire d’une famille à une autre qui aide à réduire la dépendance de l’aide extérieure, à atteindre les gens et les communautés démunis et à servir d’assurance générale pour le financement de l’emploi dans les régions les plus affectées par le sécheresse et les inondations.“

Soudan : L'armée accusée de viols d'une "ampleur sans précédent"

2015-02-15, Numéro 356

Le rapport est accablant. Les forces de l’armée soudanaise sont accusées de s’être livrées, les 30 et 31 octobre 2014, aux pires atrocités sur les habitants de Tabit, un petit village du nord du Darfour, au Soudan. Selon Human Rights Watch, plusieurs centaines de soldats ont lancé trois attaques successives en trente-six heures au cours desquelles 221 personnes au moins - dont 80 mineurs - ont été victimes de violences sexuelles. Le gouvernement soudanais a toujours nié les faits, qui restent difficiles à vérifier.

Soudan : Plus de 12.000 enfants-soldats

2015-02-15, Numéro 356

En marge de la journée de la mobilisation contre l’utilisation d’enfants-soldats qui sont 250.000 à travers le monde, l’Unicef revient sur le cas du Soudan où on enregistre 12.000 enfants-soldats. En proie à une guerre interethnique depuis décembre 2013, le Soudan a enclenché depuis peu le processus de démobilisation des groupes d’enfants-soldats dans le sud du pays. Ces dernières semaines, le travail des organismes a permis de libérer plus de 580 enfants. Pour l’Unicef, la célébration de ce 12 février et ce processus en cours sont des signes encourageants, évoquant le cas de 12 000 enfants-soldats au Soudan qui se trouveraient soit au sein des forces militaires gouvernementales soit avec les rebelles.

Soudan du Sud : Une guerre oubliée ?

2015-02-15, Numéro 356

Entre les deux frères ennemis, Salva Kiir et Riek Machar, en guerre ouverte depuis la fin de 2013, les accords se suivent et se ressemblent, sans jamais être appliqués. En attendant, c'est le peuple sud-soudanais qui paie le prix fort : le conflit a déjà fait plus de 10 000 morts et deux millions de déplacés. Bien entendu, ils ont signé. Ce n'est pas la première ni la dernière fois. Depuis plus d'un an, le président sud-soudanais Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar signent des accords de cessation des hostilités qui restent lettre morte. A vrai dire, pas grand monde ne croit aujourd'hui à la validité de ce document qui fixe au 19 février prochain la reprise des négociations et au 5 mars la date butoir pour la finalisation d'un accord de partage du pouvoir.

Afrique : Difficiles négociations sur le Soudan du Sud à Addis Abeba

2015-02-02, Numéro 354

En marge du sommet de l’Union africaine à Addis Abeba, s’est déroulé un sommet de l’Igad, l’organe régional en charge de la médiation sur le Soudan du Sud. Après plus d’un an de conflit et malgré la signature de plusieurs accords, le pays est toujours en proie à la guerre entre les factions du président Salva Kiir et celles de son opposant Riek Machar. Jeudi 29 janvier, les deux belligérants ainsi que tous les présidents de la région étaient présents, mais la journée n’a permis aucune avancée. Première surprise en arrivant au palace abritant ce sommet de l’Igad : alors que les débats sont censés se dérouler au niveau des chefs d’Etat, la vaste salle est remplie de tout ce que le Soudan du Sud compte comme partenaires, médiateurs, observateurs, société civile… Mais point de président.

Afrique : La Gambie renonce à la construction d’un pont avec le Sénégal

2015-02-02, Numéro 354

Le président gambien, Yahya Jammeh a annulé le projet de construction d’un pont sur le fleuve Gambie pour protéger son régime des complots venant de l’extérieur. Le pont Tenda-Yelli Tenda qui devait relier son pays et le nord du Sénégal pour faciliter les échanges dans différents domaines est, selon Jammeh, une brèche qui pourrait faciliter à des ennemis armés, de nuire à la Gambie. La seule explication donnée pour justifier ce revirement, est d’éviter « de mettre en danger la sécurité nationale». Pour le président gambien, la menace contre son régime ne peut venir que de l’extérieur dans la mesure où à l’intérieur, il a le soutien de l’armée gambienne. Le Sénégal est particulièrement menaçant aux yeux de Jammeh parce que plusieurs ex-militaires et agents de sécurité gambiens y sont réfugiés.

Afrique : Le Sahel dans le collimateur de Boko Haram

2015-02-02, Numéro 354

Boko Haram n’a pas seulement pour ambition de s’imposer dans le nord du Nigeria ou encore du Cameroun. Le groupe terroriste nigérian a aussi pour ambition de s’implanter dans le Sahel. Si ce n’est déjà fait, car l’Onu évoque un camp d’entraînement de Boko Haram dans le Nord-Mali. Une menace contre la région sahélienne qui ne date pas d’aujourd’hui, préoccupant de plus en plus l’Onu, qui estime aussi que la Nigeria ne peut pas agir seul contre la nébuleuse, poussant les autres pays de la sous-région à agir. L’Onu appelle ainsi au renforcement de la coopération militaire mise en œuvre, fin 2014, entre les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad, qui comprend le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad.

Afrique du Sud : Julius Malema menace de siéger en caleçon

2015-02-02, Numéro 354

Le leader populiste sud-africain Julius Malema menace de siéger nu au Parlement si un nouveau règlement intérieur empêche ses députés de porter les tenues d’ouvriers rouges qui sont devenues leur marque de fabrique. Les 25 députés des Combattants pour la liberté économique de Julius Malema siègent à l’Assemblée nationale en combinaisons d’ouvriers rouges et bottes de caoutchouc pour les hommes, tenues de ménagères et tabliers pour les femmes. "Nous ne nous habillerons pas comme les maîtres coloniaux", a insisté "Juju", 33 ans, pourtant régulièrement épinglé par la presse sud-africaine pour son goût des tenues de luxe occidentales.

Burkina Faso : Sit-in national pour dénoncer les prix des hydrocarbures

2015-02-02, Numéro 354

La coordination nationale de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l'impunité et pour les libertés (Ccvc) annonce une journée nationale de protestation pour le 4 février prochain pour une baisse substantielle du prix des hydrocarbures et contre la pénurie de gaz. Par ce sit-in national, elle veut également dénoncer l'absence de mesures urgentes pour réduire le fardeau des populations, exiger des autorités de la transition la prise de mesures pour réaliser un audit sérieux sur la gestion de la Société nationale burkinabè des hydrocarbures.

Burkina Faso : Un juge enlevé, les magistrats cessent les activités

2015-02-02, Numéro 354

C'est une histoire qui en prenant des allures de fait divers risque de se muer en série dramatique pour les justiciables. Tout a commencé ce mardi 27 janvier 2015. Alors que Quentin Rouamba, juge au Tribunal de grande instance de Ouagadougou allait, comme à l'accoutumée, chercher son enfant dans un lycée de la place, il fut arraisonné, molesté et séquestré par des individus. C'est dans cette atmosphère de tension visible que les juges du Tgi qui ont logiquement trouvé que leur sécurité est menacée, ont tenu une réunion à l'issue de laquelle ils ont décidé la cessation de toute activité au palais de justice. A leur suite, les syndicats des magistrats appellent tout le personnel judiciaire, dans un mouvement de protestation, à observer une cessation des activités sur toute l'étendue du territoire national. Et ce jusqu'à nouvel ordre.

Cameroun : Trois soldats tchadiens, 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

2015-02-02, Numéro 354

Trois soldats tchadiens ont été tués lors d'attaques menées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun, selon un communiqué de l'armée tchadienne précisant que 123 islamistes avaient également été tués. Les troupes tchadiennes, arrivées au Cameroun le 17 janvier, et ont commencé à se déployer à Fotokol, ville frontalière en face de la ville nigériane de Gamboru, tenue par le groupe islamiste Boko Haram, selon des sources sécuritaires camerounaises. Entre 1500 et 2500 soldats tchadiens sont déjà présents en territoire camerounais pour lutter contre Boko Haram. Le président tchadien Idriss Deby, qui a appelé à une large coalition contre Boko Haram, a annoncé clairement son intention d'en découdre et sa volonté de reprendre la ville stratégique de Baga sur les rives du lac Tchad au nord du Nigeria, prise début janvier par les islamistes au cours d'une offensive très meurtrière contre les civils.

Centrafrique : La présidence dénonce l'accord de Nairobi entre factions armées

2015-02-02, Numéro 354

La présidence centrafricaine a dénoncé le samedi 31 janvier l'accord signé à Nairobi par des factions armées comme une tentative de "préparer le terrain à une amnistie générale" de ceux "susceptibles de poursuites judiciaires pour crimes contre l'humanité". D'ex-rebelles centrafricains de la Séléka et miliciens anti-balaka ont appelé vendredi la communauté internationale à reconnaître leur accord de cessez-le-feu signé à Nairobi, à l'issue de pourparlers en l'absence des autorités centrafricaines. Une faction des ex-rebelles de la Séléka et une autre des miliciens anti-balaka qui s'affrontent en Centrafrique ont négocié pendant deux mois dans la capitale kényane.

Centrafrique : Le ministre Armel Sayo toujours aux mains de ses ravisseurs

2015-02-02, Numéro 354

A Bangui, Armel Sayo, ministre de la Jeunesse et des sports, est toujours otage de combattants anti-balaka. Il a été enlevé dimanche 25 janvier dans la capitale centrafricaine. Les négociations pour tenter d'obtenir sa libération piétinent. Selon les informations, les ravisseurs exigent en priorité une rançon, mais le contact avec ces combattants anti-balaka est complexe car la filière - qui doit permettre d'ouvrir des négociations concrètes - n'est pas fiable. «Nous essayons d'avoir chaque jour une preuve de vie et c'est déjà compliqué», indique un membre de l'équipe de négociation. Pour les autorités, qui estiment que l'utilisation de la force n'est pas une solution et qui parlent désormais d'un acte terroriste, il est temps que les leaders des anti-balaka mettent la pression sur ceux qui détiennent le ministre de la Jeunesse et des Sports.

Comores : Premiers résultats proclamés

2015-02-02, Numéro 354

Les premiers résultats officiels du premier tour des élections législatives aux Comores ont été annoncés jeudi 22 janvier par la Ceni. Ils sont encore provisoires mais ils donnent un net aperçu de ce que devraient être les résultats définitifs. Le parti Juwa obtiendrait les meilleurs chiffres. Le second tour, prévu le 22 février, sera un face-à-face opposant le président Ikililou Dhoinine à son prédécesseur Ahmed Abdallah Sambi. Les Comores pourraient, pour la première fois de leur histoire, connaître une cohabitation entre une majorité gouvernementale de sensibilité différente de la mouvance présidentielle.

Egypte : 30 morts dans des attaques jihadistes, nouveaux heurts

2015-02-02, Numéro 354

De nouveaux heurts entre soldats et jihadistes ont tué deux enfants vendredi 30 janvier dans l'instable péninsule du Sinaï en Egypte, où 30 personnes, en majorité des militaires, ont péri jeudi 29 janvier dans des attentats de la branche égyptienne du groupe Etat islamique. La vaste campagne lancée il y a plus d'un an pour enrayer l'insurrection jihadiste dans le Sinaï n'a pas réussi à stopper les attentats spectaculaires contre les forces de l'ordre, régulièrement visées depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Gambie : Des ONG militent pour "la fin de la terreur"

2015-02-02, Numéro 354

Des Ong et organisations de la Société civile, dont plusieurs sénégalaises, ont appelé, vendredi 30 janvier, à Dakar, la communauté internationale à agir pour mettre fin à "la terreur politique'' en Gambie, s'alarmant de ''la violence prolongée'' exercée par le régime gambien contre la population de ce pays enclavée dans le Sénégal. Ces organisations, parmi lesquels Article 19, le Conseil pour les organisations non gouvernementales d'appui au développement et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme, ont dénoncé, lors d'une conférence de presse, "la situation de terreur" prévalant actuellement en Gambie.


Lybie : Pas de solution militaire, estime l'UA

2015-02-02, Numéro 354

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (Ua), Smail Chergui, affirmé mercredi 27 janvier à Addis-Abeba qu'il n'y a pas de solution militaire possible à la crise libyenne, privilégiant une solution pacifique, soutenue par un dialogue national libyen. Pour M. Chergui, il s'agit de soutenir le dialogue mené par les Nations unies et les efforts des pays voisins de la Libye, de l'Union africaine et de la communauté internationale, faisant part aussi de son "souhait" de voir la conjugaison de tous ces efforts aboutir à un dialogue entre toutes les parties en Libye.

Mali : Enlèvements et pillages dans le Nord du pays

2015-02-02, Numéro 354

Plus de vingt personnes ont été enlevées par des assaillants dans les localités de Bamba, dans la région de Gao, et de Kano, dans la région de Tombouctou. C'est tout d'abord la localité de Kano qui a été attaquée à l'heure de la prière de vendredi 30 janvier. Selon les populations, une personne a été tabassée, de nombreuses autres ont été enlevées dont l'imam, le chef de village et un de ses conseillers. Les otages ont été emmenés vers une destination inconnue. Une source militaire a ajouté que les assaillants sont des éléments MAA tendance rebelle, allié du Mnla. Et ensuite, c'est au tour de Bamba, dans la région de Gao, d'être attaquée. Ces deux événements seraient les plus graves en termes du nombre de personnes enlevées et de biens vandalisés depuis de longs mois dans le nord du Mali.

Mali : Le processus de paix s’enlise dans le nord

2015-02-02, Numéro 354

Contre toute attente, Ibrahim Boubacar Keïta s’est rendu, jeudi 29 janvier, à Gao, pour sa première visite dans le nord du Mali depuis son accession au pouvoir en septembre 2013. Ce déplacement symbolique survient alors que les violences se multiplient dans cette partie du pays et que le processus politique devant mener à un accord de paix entre Bamako et les groupes rebelles touaregs et arabes s’enlise. Le mardi 27 janvier, près d’un millier de manifestants favorables au Gatia, une milice progouvernementale, s’étaient massés devant le siège de l’Onu à Gao, tentant notamment de forcer l’entrée du camp pour protester contre un projet d’accord entre la Minusma et les rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad. Les Nations unies ont démenti avoir fait usage d’armes à feu pour disperser les manifestants mais trois d’entre eux ont été tués par balles. Afin d’apaiser les tensions, Ban Ki-moon a demandé l’ouverture d’une enquête et IBK, qui n’a jamais montré une franche affection à l’endroit de la Mission des Nations unies, a insisté devant les notables de la ville que «la Minusma n’est pas notre ennemie».

Sénégal : La police empêche un rassemblement d'opposition, plusieurs interpellations

2015-02-02, Numéro 354

La police sénégalaise a interpellé vendredi 30 janvier plusieurs membres de l'opposition, dont un ancien ministre de la Justice, lors d'un rassemblement interdit à Dakar contre "les restrictions aux libertés" dans le pays. Parmi les personnes interpellées lors de ce rassemblement de plusieurs dizaines de personnes figurent deux députés et cet ancien ministre, selon le Front patriotique pour la défense de la République, la coalition à l'initiative de la manifestation et dont la principale formation est le Parti démocratique sénégalais de l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012).

Afrique : Le Maroc malade du Sahara occidental

2015-01-18, Numéro 352

Depuis le 3 octobre 2014, un mystérieux hacker publie des centaines de documents. Cette abondante littérature mise à disposition de tout internaute confirme la centralité de la question du Sahara occidental dans la sphère politique marocaine. La priorité accordée à ce dossier a été réaffirmée dans le discours du roi, prononcé le 6 novembre 2014 à l’occasion du 39e anniversaire de la «marche verte». Érigé en «cause nationale» selon la phraséologie officielle, il est au centre des préoccupations politiques du pays depuis près de quatre décennies. Mais à mesure que le conflit s’enlisait et que la « récupération des provinces du Sud » rencontrait de multiples obstacles, l’obsession du régime devenait plus importante encore. Le poète marocain Abdellatif Laâbi ne s’est pas trompé en considérant son pays «malade du Sahara».

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/