Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Droits humains

RSS Feed

Global : La justice américaine libère sous caution le "cerveau" du putsch contre Jammeh

2015-03-01, Numéro 358

L’information, qui n’est pas pour plaire au dirigeant Gambien, Yaya Jammeh vient des Etats-Unis, pays que l’autocrate gambien considère comme une puissance ennemie. Eh bien, la Justice fédérale américaine a libéré Cherno Njie sous caution. Ce dernier est nommément cité par les renseignements internes américains du Fbi comme étant le bailleur et le cerveau du coup d’Etat manqué contre Jammeh, le 30 décembre 2014 à Banjul. L’homme affaire Gambien, qui a aussi la nationalité américain, a humé l’air de la liberté partielle retrouvée grâce à la décision du juge du tribunal fédéral de Minneapolis. Le juge a d’abord déclaré que puisque Cherno Nji a plaidé non coupable, il revient à l’accusation de prouver, au-delà de tout soupçon, que l’ennemi déclaré de Jammeh est bien coupable. Aux avocats de Cherno Nji, le juge leur a enjoint ainsi qu’à leur client, de prouver son innocence. Le juge à aussi décidé que le Gambien, basé au Texas, peut bénéficier de meilleurs conditions au même titre que ses coaccusés Papa Faal et Alhagie Barrow, eux aussi libérés sous caution.

Le Malawi s'apprête à interdire les mariages d'enfants

2015-03-01, Numéro 358

Le Malawi s'apprête à interdire le mariage précoce de petites filles avec une loi interdisant le mariage des moins de 18 ans. La mesure, qui fait débat depuis 2001, est réclamée par les militants des droits des enfants et des élus qui observent que le Malawi est l'un des pays d'Afrique australe où le mariage des enfants connaît son taux le plus élevé, ce qui nuit à la promotion des filles et les empêche de finir leur scolarité. Jeudi 19 février dernier, un député, Uladi Mussa, a proposé en vain le renvoi du texte en commission en affirmant qu'il contrevenait à la Constitution et nécessitait un amendement constitutionnel. La loi fondamentale autorise les mariages à partir de 16 ans avec le consentement des parents. Or, les mariages précoces sont le plus souvent liés à la pauvreté, les familles préférant caser leur fille mineure et qu'elle abandonne l'école, selon les experts. La moitié des 15 millions d'habitants au Malawi vit sous le seuil de pauvreté.

Mauritanie : L’institution esclavagiste plus forte que les antiesclavagistes

2015-03-01, Numéro 358

L’emprisonnement pour deux années fermes de trois leaders antiesclavagistes internés à Aleg, et le réquisitoire prononcé à l’encontre de trois autres, menacés d’une condamnation pour 3 ans, semble être la réponse éloquente de l’Etat mauritanien à la feuille de route proposée par les Nations Unies pour l’éradication de l’esclavage dans ce pays. Pour préserver sa quiétude, longtemps perturbé par le mouvement anti-esclavagiste Ira, et d’autres organisations, le système esclavagiste semble avoir eu le dernier mot dans son bras-de-fer face à ses adversaires. Les yeux sont actuellement tournés vers l’épée de Damoclès suspendue sur la tête de trois autres leaders du mouvement Ira contre, lesquels un réquisitoire pour un emprisonnement de 3 ans a été requis par le ministère public. Par comparaison, l’histoire retiendra que sur les cinquante affaires d’esclavagisme avérées, soumises depuis des années aux juridictions mauritaniennes, il n’y a eu qu’une seule condamnation.

Ouganda : La procureure de la CPI appelle le chef de la rébellion LRA à se rendre

2015-03-01, Numéro 358

La procureure de la Cour pénale internationale (Cpi), Fatou Bensouda, a appelé, vendredi 27 février, le chef de la sanguinaire Armée de résistance du seigneur (Lra) Joseph Kony, inculpé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, à se rendre, lors d'un déplacement en Ouganda. Fatou Bensouda effectue une visite de cinq jours en Ouganda pour rendre compte à la population et aux autorités de Kampala de l'état d'avancement du dossier contre un ex-lieutenant de Kony, Dominic Ongwen, qui s'est rendu le mois dernier et a déjà comparu à La Haye. La Cpi a, au total, inculpé cinq chefs de la milice ougandaise, qui sévit depuis près de 30 ans en Afrique centrale. Selon l'armée ougandaise, seul Kony serait encore en fuite: les trois autres sont sans doute morts.

Rd Congo : Abrogation d’une loi injuste

2015-03-01, Numéro 358

Le président de la République Démocratique du Congo a promulgué la loi électorale – modifiant la Loi n° 06/006 du 9 mars 2006, telle que modifiée par la Loi n° 11/003 du 25 juin 2011 – votée en seconde lecture par la Chambre basse, lors de la séance extraordinaire du 25 janvier 2015, après l’amendement en amont de l’article 8-3 par la Chambre haute. Cette disposition, qui liait le recensement de la population aux élections présidentielle et législatives prévues en novembre 2016, a été à l’origine du mécontentement des populations et des manifestations dans les rues de quelques villes ayant occasionné une quarantaine de morts et de nombreux blessés graves

Rwanda : infâme nomination à la Commission nationale des Droits de l’Homme

2015-03-01, Numéro 358

Ignoble, honteuse, vile, abjecte, rares sont les qualificatifs en mesure de qualifier l’infamie de la décision du gouvernement rwandais de nommer Sam Kanyemera, dit Sam Kaka, à la Commission nationale des droits de l’Homme, alors que ce dernier est sous mandat d’arrêt international pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, soit les violations les plus graves des droits de l’Homme connues par l’ordre international. En outre, Sam Kaka est mis en examen par la justice française pour «complicité d’assassinats en relation avec une entreprise criminelle», pour le rôle qu’il aurait joué dans l’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion du président Habyarimana, attentat considéré comme l’élément déclencheur du génocide. C’est la deuxième fois que cet ancien chef d’état-major de l’armée rwandaise est nommé à ce poste, après une première nomination au cours de l’année 2010.

Niger : Un «important chef» de Boko Haram arrêté

2015-02-15, Numéro 356

Un "important chef" présumé de Boko Haram, qualifié de "financier" des islamistes dans la zone de Diffa, a été arrêté jeudi 12 février, a indiqué un responsable politique de cette région du sud-est du Niger, attaquée depuis une semaine par le groupe armé. Natif de Diffa, Kaka Bounou, alias «Capitaine», est âgé d'une trentaine d'années, selon un habitant de Diffa, qui le présente comme le «banquier» qui «recrute les jeunes» pour le compte de Boko Haram. Ses liens avec Boko Haram étaient bien connus de tous mais personne n'osait le dénoncer par peur de représailles.

Rd Congo : Plus de 500 détenus vivent dans des conditions déplorables

2015-02-15, Numéro 356

Plus de 500 personnes sont détenues dans des conditions déplorables dans les prisons de sept territoires du Maniema ainsi que de trois communes de Kindu. L’Ong Médecins chrétiens au service des prisonniers a livré ces statistiques, jeudi 12 février, au terme d’une tournée de donation des vivres et non vivres aux détenus des territoires de Lubutu et de Punia. Dans son rapport, cette Ong indique que plusieurs prisonniers souffrent de paludisme, de dermatose et d’infections sexuellement transmissibles. La plupart de ces détenus dorment à même le sol, faute de lits et ne sont pas convenablement nourris.

Sénégal : L'ex-président tchadien Hissène Habré renvoyé devant un tribunal spécial

2015-02-15, Numéro 356

L'ex-président tchadien Hissène Habré, en détention préventive au Sénégal où il s'était réfugié après sa chute en 1990, sera jugé par un tribunal spécial pour crime contre l'humanité et crimes de guerre, une décision saluée vendredi par ses victimes. L'ex-président tchadien avait été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial et placé en détention préventive. La date de son procès n'a pas été précisée. Mais pour l'organisation de défense de droits de l'Homme Human Rights Watch, le procès de l'ex-président tchadien "devrait commencer en mai ou juin au Sénégal".

Sénégal : Karim Wade saisit le Président de la Cour suprême

2015-02-15, Numéro 356

L’ancien ministre d’Etat Karim Wade, en détention préventive depuis bientôt deux ans à la prison de Rebeuss dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis, ne baisse pas les bras dans son combat contre la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Il a saisi, par écrit, le mardi 10 février 2015, la Cour suprême d’une requête aux fins de prise à partie. C’est-à-dire littéralement la révocation du magistrat Henry Grégoire Diop, président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). La procédure déclenchée par le fils du président Wade vise également le Procureur spécial de la Crei et l’Etat du Sénégal

Afrique : Polémique autour d’experts militaires sud-africains au Nigeria

2015-02-02, Numéro 354

En marge du sommet de l’Union africaine, à Addis Abeba, en Ethiopie, la ministre sud-africaine de la Défense a condamné la présence de ces mercenaires au Nigeria et appelé à leur arrestation. Selon la presse sud-africaine, plus d’une centaine d’ex-soldats appartenant à une société de sécurité privée sont partis au Nigeria. Ils seraient là bas, à la demande du gouvernement nigérian, comme experts militaires pour former l’armée dans sa lutte contre Boko Haram. Ils ne participeraient pas à des opérations militaires mais simplement à la formation de soldats. Cependant, pour la ministre sud-africaine de la Défense, il s’agit purement et simplement de mercenaires qui doivent être arrêtés dès leur retour en Afrique du Sud.

Afrique du Sud : Liberté conditionnelle pour le "tueur numéro 1" de l'apartheid

2015-02-02, Numéro 354

Eugene de Kock, le plus célèbre tueur de l'apartheid, coupable de kidnappings, tortures et assassinats d'opposants, est maintenant un homme libre, le ministre sud-africain de la Justice lui ayant accordé vendredi la liberté conditionnelle après 20 ans en prison. La décision, qui a immédiatement suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, a été prise "dans l'intérêt de la réconciliation nationale", a déclaré le ministre. De Kock avait été condamné en 1996 à deux peines de perpétuité et 212 ans de prison pour 89 crimes et délits commis lorsqu'il était à la tête d'une unité antiterroriste de la police du régime raciste.

Cameroun : Le fils de Charles Taylor interpelé

2015-02-02, Numéro 354

Les autorités camerounaises ont refoulé Cornelius Taylor, fils de l'ancien président libérien incarcéré depuis quelques années en Europe suite à sa condamnation par la Cour Pénale Internationale (Cpi) pour « crimes contre l'humanité », a été refoulé du territoire camerounais. Agé de 21 ans, Cornelius Taylor dépourvu de papiers de voyage valide, notamment l'absence d'une carte de séjour, a été interpellé à Batouri, dans la région de l'Est, alors qu'il s'apprêtait à prendre place dans un bus à destination de Yaoundé. Venant de la Centrafrique voisine, il a été reconduit vers la frontière.

Côte d'Ivoire : Le parti présidentiel s'insurge contre les enlèvements d'enfants

2015-02-02, Numéro 354

Le Rassemblement des Républicains (Rdr, parti présidentiel) s’est insurgé, contre les enlèvements des enfants, estimant que ces actes d’assassinats doivent trouver en face une réponse forte et énergique, indique un communiqué transmis le vendredi 30 janvier. Selon Joël N'guessan, porte-parole du Rdr, le phénomène d'enlèvement des enfants devenu ‘'récurrent'', crée une psychose au sein de la population ivoirienne. Selon le gouvernement ivoirien, 25 cas d'enlèvement et de mutilation d'enfants sont avérés, à ce jour, dont ‘'5 cas de découvertes d'enfants mutilés et 20 cas de cadavres''.

Niger : Le juge se déclare incompétent dans l’affaire des bébés «importés»

2015-02-02, Numéro 354

Le procureur de la République adjoint du Niger a annoncé vendredi 30 janvier que le parquet allait interjeter appel de la décision du juge qui s’est déclaré incompétent dans l’affaire dite des bébés «importés» du Nigeria. C’est dire toute la détermination du Procureur à poursuivre cette affaire, alors même qu’il a huit jours pour faire appel. Selon lui, le tribunal correctionnel est bel est bien compétent pour juger cette affaire qui implique quelques 28 personnes dont un ancien haut commandant de la Garde nationale, un ministre d’Etat et un président de l’Assemblée nationale.

Cameroun : Un ancien ministre des Finances condamné à 25 ans de prison

2015-01-18, Numéro 352

Les juges du Tribunal criminel spécial du Cameroun ont reconnu M. Abah Abah coupable de quatre chefs d'accusation pour des malversations financières estimées à environ 7,8 milliards de francs Cfa (près de 12 millions d'euros). Ils lui ont infligé une peine de "25 ans de prison ferme". M. Abah Abah a affirmé qu'il allait se pourvoir en cassation. Sa condamnation est assortie de la confiscation de ses biens, dont 29 immeubles et des appartements, de sommes d'argent gardées sur des comptes bancaires, ainsi que de neuf véhicules. Les malversations dont M. Abah Abah a été reconnu coupable ont été commises alors qu'il occupait le poste de directeur des impôts, au début des années 2 000. Après la direction des impôts, il avait été promu en 2004 ministre de l'Economie et des Finances avant d'être déchu de ce poste en 2007 et d'être arrêté quelques mois plus tard en 2008. Il a déjà été condamné en 2012 à six ans de prison ferme pour évasion.

Côte d’Ivoire : Projet pour mettre fin à la peine de mort

2015-01-18, Numéro 352

La Côte d'Ivoire a adopté un projet de loi consacrant la suppression de la peine de mort. Selon le porte-parole du gouvernement ivoirien, ce projet de loi s'inscrit dans le cadre des réformes du secteur judiciaire, initiées par les autorités ivoiriennes après la sortie de crise. Les autorités ivoiriennes ont par ailleurs convenu de la suppression des dispositions prescriptives de l'action publique en matière de crimes contre l'humanité. La Côte d'Ivoire s'est engagée depuis plusieurs mois à opérer des réformes dans le domaine judiciaire.

Côte d'Ivoire : L'UE annule les sanctions contre un ancien pilier du régime Gbagbo

2015-01-18, Numéro 352

La justice européenne a annulé mercredi 14 janvier les sanctions de l'Union européenne (Us) contre l'Ivoirien Marcel Gossio, ancien pilier du régime du président déchu Laurent Gbagbo, au motif qu'il ne constituait plus un risque pour la stabilité de la Côte d'Ivoire. M. Gossio, qui a désormais rejoint le processus de réconciliation ivoirien, était inscrit sur la liste des personnes sanctionnées par l'Ue depuis 2011, au moment des violences post-électorales qui constituèrent l'épilogue sanglant d'une décennie de crise politico-militaire en Côte d'Ivoire et conduisirent à la chute et l'arrestation de Laurant Gbagbo. Marcel Gossio, ancien directeur du port d'Abidjan, était en exil au Maroc jusqu'à son retour dans son pays début 2014.

Egypte : Annulation de la condamnation de Moubarak

2015-01-18, Numéro 352

Va-t-on vers la libération d’Hosni Moubarak ? Tout porte à le croire, dans la mesure où l’ex-dictateur égyptien sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintient actuellement en détention. La Cour de cassation a ordonné, l’annulation de sa condamnation initiale en mai 2014 à trois ans de prison pour le détournement de fonds publics pour plus de 10 millions d’euros pour la rénovation de ses palais présidentiels. Toutefois, l’éventuelle remise en liberté de Moubarak dépend d’une nouvelle décision de justice. En novembre dernier, Hosni Moubarak avait déjà bénéficié d’un abandon, en appel, des accusations de meurtre de manifestants qui lui avaient valu la prison. A rappeler que Hosni Moubarak est détenu depuis avril 2011, après sa démission en février de la même année, alors qu’il venait de passer 30 années à la tête de l’Egypte.

Egypte : Le Parlement européen demande la libération des prisonniers d'opinion

2015-01-18, Numéro 352

Le Parlement européen a demandé jeudi 15 janvier la "libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers d'opinion" en Egypte, y compris les membres des Frères musulmans, la confrérie du président destitué Mohamed Morsi. Dans une résolution, le Parlement se déclare "gravement préoccupé par les restrictions en cours des droits fondamentaux, notamment les libertés d'expression, d'association et de réunion, le pluralisme politique et la primauté du droit en Egypte". Depuis le coup d'Etat militaire de juin 2013, qui a vu la destitution du président Morsi et l'arrivée au pouvoir de l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, "le gouvernement égyptien a mené une vaste campagne d'arrestations arbitraires, de harcèlement, d'intimidation et de censure contre (ses) détracteurs", déplore le Parlement.

Ethiopie : Addis-Abeba, capitale africaine de la prostitution

2015-01-18, Numéro 352

La prostitution et l’exploitation sexuelle seraient monnaie courante en Ethiopie et Addis-Abeba serait devenue la ville africaine comptant le plus grand nombre de maisons closes sur le continent. C’est ce qu’affirme le département d’Etat américain, dans un rapport. Pire, le document indique que l’on peut y trouver des filles à partir de 8 ans. Le rapport américain dénonce l’apathie des autorités éthiopiennes, qui disposent pourtant de lois contre ce type d’exploitation.

Gambie : Les vrais auteurs du putsch identifiés

2015-01-18, Numéro 352

La traque contre les putschistes en Gambie se poursuit. Selon un communiqué du gouvernement gambien, une quinzaine de participants au coup d’Etat manqué du 30 décembre 2014ont été identifiés dont quatre qui ont été tués. Les assaillants ont été tués dans des échanges de tirs, à l’entrée principale de la Présidence tandis que l’un d’entre eux a perdu la vie en tentant de défoncer le portail au volant de son véhicule. Parmi les putschistes tués figurent celui qui a commandé l’opération, l’ancien lieutenant-colonel de l’armée gambienne Lamin Sanneh, ainsi qu’un capitaine à la retraite de l’armée américaine, Njaga Jagne. Les putschistes ont tenté de renverser le président Yayha Jammeh afin que «le leader présomptif Cherno Njie prenne les rênes du pouvoir». Ce dernier, citoyen américain, est poursuivi dans cette affaire aux côtés de Papa Faal, aux Etats-Unis, pour « avoir comploté dans le but de renverser, dans la violence, un gouvernement étranger, en violation de la loi américaine ».

Mauritanie : L’interprétation des textes favorise les violeurs

2015-01-18, Numéro 352

Violer en Mauritanie est devenu une monnaie courante. Déférer des délinquants sexuels au palais de justice est devenu une routine pour la police judicaire, la Gendarmerie et une banalité judicaire voire une infraction pour les magistrats. Les lois répressives existent mais impuissantes pour punir ce crime. Il est quasiment inexistant voire impossible de constater une condamnation d’un délinquant ou un groupe de jeunes à propos d’un viol. Les filles trinquent, la machine judiciaire reste impuissante et les Ong crient.

Mauritanie : Trois anti-esclavagistes condamnés à deux ans de prison ferme

2015-01-18, Numéro 352

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont un ex-candidat à la présidentielle ont été condamnés jeudi 15 janvier à deux ans de prison ferme, notamment pour "appartenance à une organisation non reconnue", a indiqué leur défense. Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste et candidat battu à la présidentielle de juin 2014, "et deux de ses co-accusés ont été condamnés à deux ans de prison ferme". Sept autres accusés "ont été relaxés", a ajouté le chef du collectif des avocats des dix accusés dont le procès s'était ouvert le 24 décembre. La défense va interjeter appel, a indiqué l'avocat.

Rd Congo : Le dossier judiciaire sur la Mort de Laurent-Désiré Kabila toujours ouvert

2015-01-18, Numéro 352

En Rdc, on commémorait le vendredi 16 janvier, comme chaque année, la mort de Laurent-Désiré Kabila, brutalement assassiné en 2001 par l’un de ses gardes rapprochés. Cet anniversaire est aussi l’occasion de revenir sur un dossier judiciaire qui n’est toujours pas bouclé depuis 14 ans. Une soixantaine de personnes ont été condamnées à mort ou à la perpétuité en 2003. Toutes clament leur innocence et demandent à être rejugées ou amnistiées.

Rwanda : Les conditions de détention de Victoire Ingabire dénoncées

2015-01-18, Numéro 352

Cela fait cinq ans que l'opposante Victoire Ingabire, présidente des Forces démocratiques unifiées, est rentrée au Rwanda. Candidate à l'époque à la présidentielle, elle avait été arrêtée puis condamnée pour «conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre» et «minimisation du génocide». Aujourd'hui, ses partisans dénoncent la dégradation de ses conditions de détention. La sécurité autour de sa cellule a été renforcée, et bien sûr que cela fait peur. Les visites ont été limitées sans explication. [...] Et d’après eux, l'objectif du gouvernement, c'est de la casser moralement.

Somalie : Trois personnes condamnées pour terrorisme

2015-01-18, Numéro 352

Deux Britanniques et un Somalien ont été emprisonnés vendredi 16 janvier en Ethiopie pour avoir tenté d'établir un Etat islamique. Les trois hommes, qui ont reçu des peines allant de quatre à sept ans, ont été accusés d'avoir eu des liens avec les djihadistes locaux. L’Ethiopie a des lois anti-terroristes très strictes. Le pays a longtemps mené une campagne contre le militantisme islamiste en Afrique de l’Ouest et a été impliqué dans la lutte contre des militants d’Al-Qaïda en Somalie voisine.

Sénégal : Karim Wade en grève de la faim

2015-01-18, Numéro 352

L’ancien ministre sénégalais des infrastructures Karim Wade, poursuivi pour enrichissent illicite a entamé une grève de la faim illimitée. Le fils de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade proteste contre l’absence de ses avocats qui ont boycotté l’audience du jeudi 15 janvier, pour son procès portant sur une accusation d’enrichissement illicite. Karim Wade avait été agressé et malmené par ses gardes pénitentiaires avant d’être contraint de rejoindre le box des accusés alors qu’il refusait de se présenter pour protester contre la poursuite de son procès, qui selon lui est «politique». Il est détenu à la prison centrale de Rebeuss à Dakar depuis avril 2013.

Tanzanie : Interdiction de la sorcellerie pour protéger les albinos

2015-01-18, Numéro 352

Le gouvernement tanzanien a décidé d'interdire la pratique de la sorcellerie pour tenter d'endiguer les attaques contre les albinos, victimes de croyances attribuant des vertus magiques à leurs organes. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a annoncé le lancement, dans deux semaines, d’une opération spéciale dénommée «En finir avec les meurtres d’albinos». Elle va d’abord cibler les provinces les plus touchées, à savoir Mwanza, Geita, Tabora,Simiyu et Shinyanga, dans le nord. Cette décision du gouvernement tanzanien intervient après l’enlèvement, fin décembre, d’une fillette albinos de quatre ans portée disparue depuis lors.

Botswana : Demande la légalisation de l'avortement et de la prostitution

2015-01-04, Numéro 351

Une député du Botswana a plaidé devant ses collègues du Parlement en faveur d'une légalisation de l'avortement et de la prostitution, ainsi que de la mise en place d'une pension de grossesse pour les femmes dans le besoin. Botlogile Tshireletso, député de la région de Mahalapye Est et secrétaire d'État au gouvernement local et au développement rural, a déclaré qu'un nombre trop important d'avortements clandestins avait lieu à cause de l'illégalité de l'avortement, et qu'un grand nombre de personnes choisissant cette solution étaient des femmes pauvres qui meurent fréquemment dans cette opération.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/