Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Droits humains

RSS Feed

Centrafrique : L'Onu désigne des pays dont les troupes sont accusées d'abus sexuels

2016-02-01, Numéro 393

Deux responsables de haut rang des Nations Unies ont révélé vendredi 29 janvier, les noms de certains des pays dont les troupes sont accusées d'avoir commis des abus sexuels sur des mineurs en République centrafricaine (Rca), où elles avaient pour mandat, sous le drapeau de l'Onu ou non, de maintenir la paix et la sécurité. Illustrant le fait que la transparence est un élément important de la lutte contre ce « fléau incroyablement difficile », le sous-secrétaire général de l’Onu chargé de l’Appui aux missions, a nommé certains des pays dont les troupes – toutes placées sous le drapeau de l'Onu - sont impliquées : le Bangladesh, la République démocratique du Congo (Rdc), le Maroc, le Niger et le Sénégal.

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo devant la Cpi

2016-02-01, Numéro 393

Briser le silence enfin : voilà ce qu’attendent les victimes dans l'affaire Laurent Gbagbo. Quelque 726 victimes au total cherchent encore des réponses. La présidente de leur association a rappelé à quel point ces victimes étaient encore marquées physiquement ou psychologiquement, cinq ans après les faits : des hommes, des femmes et des enfants qui ont parfois vu leurs proches, «froidement abattus sous leurs yeux». D’après elle, tous insistent sur la cruauté des crimes commis et jugés à La Haye et aussi leur caractère systématique et généralisé parce que leurs auteurs ciblaient des quartiers entiers ou des communautés sans distinction. Certains ont même été obligés de se cacher simplement, à cause de leurs noms de famille, a-t-elle expliqué en s'attardant sur des attaques qui ont visé des lieux de culte en particulier des mosquées.

Madagascar : Certains biens de Ravalomanana restitués

2016-02-01, Numéro 393

Suite à l’appel de l’ancien président Ravalomanana qui demande la restitution de ses biens quel que soit leurs états, certains détenteurs commencent à rendre ce qu’ils ont entre les mains. Le député Tim, Guy Rivo Randrianarisoa, proche de l’ancien chef de l’Etat, note que lors de ce fameux lundi noir 2009, rien que les camions du groupe Tiko dérobés se chiffrent à 440. Sans parler des autres véhicules et autres biens. Après l’appel de ce 26 janvier, certains détenteurs ont restitués des véhicules, certains en mauvais états, certains en état de marche mais exigeant des réparations. Si les biens mobiliers sont en train d’être rendus, ce n’est pas le cas des biens immobiliers. Le clan Ravalomanana précise que des terrains de l’ancien chef de l’Etat sont encore confisqués depuis la crise de 2009 et ne sont pas encore rendus à son propriétaire jusqu’ici.

Mauritanie : Les familles des détenus salafistes protestent à Nouakchott

2016-02-01, Numéro 393

Les familles des détenus salafistes ont organisé, le jeudi 27 janvier, devant la prison civile de Nouakchott, une manifestation, appelant à stopper les injustices exercées sur les leurs dans leurs cellules carcérales. Les manifestants ont brandi des slogans critiquant les nouvelles mesures prises par les autorités mauritaniennes, au lendemain de l’évasion du salafiste Salek Ould Cheikh de la prison, exigeant l’autorisation de leur rendre visite.

Les conditions sanitaires de certains prisonniers se sont détériorées au cours des derniers jours, en raison de la grève de la faim observé par quelques détenus affirment les manifestants, selon lesquels des cas d’hypotension ont été enregistrés. L’administration pénitentiaire est aussi accusé de refuser tout transfert des détenus en difficulté à l’hôpital pour bénéficier des soins nécessaires.

Nigeria : Pas de liberté conditionnelle pour le leader indépendantiste

2016-02-01, Numéro 393

Un tribunal nigérian a refusé vendredi 29 janvier d'accorder la liberté conditionnelle au militant indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu et deux autres prévenus accusés de "trahison", décidant qu'ils devaient rester en détention jusqu'à leur procès. M. Kanu, dont l'arrestation en octobre avait provoqué une vague de protestations dans le sud-est du Nigeria, a plaidé non coupable, la semaine dernière, des accusations de trahison pour lesquelles il encourt une peine de prison à vie. Le juge a dit craindre que M. Kanu, qui a la double nationalité nigériane et britannique, ne se présente pas devant le tribunal s'il était libéré sous caution. Le procès a été ajourné au 9 février.

Ouganda : 70 accusations de crimes de guerre contre un ex-chef de guerre

2016-02-01, Numéro 393

L’ancien chef de guerre ougandais Dominic Ongwen était «le fer de lance» de la sanguinaire rébellion de l’Armée de résistance du Seigneur (Lra), a assuré jeudi un procureur de la Cpi, en présentant aux juges 70 chefs d’accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Une vidéo montre des huttes brûlées dans un village du nord de l’Ouganda, des morts enterrés à la hâte et des corps d’enfants abandonnés. Le procureur Benjamin Gumpert espère convaincre les juges d’ouvrir un procès contre Dominic Ongwen, environ 40 ans. Surnommé la «Fourmi blanche», Dominic Ongwen était un des commandants les plus redoutés de l’Armée de résistance du Seigneur menée par Joseph Kony, rendue mondialement célèbre par la campagne «Kony 2012».

Sénégal : La détention de Karim Wade est (toujours) «arbitraire», selon l’Onu

2016-02-01, Numéro 393

Les experts des Nations unies n’ont pas changé de position concernant la détention du fils de l’ancien président sénégalais et appellent le gouvernement du Sénégal au respect du droit international des Droits de l’homme. Dans une déclaration publique, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention de Karim Wade a réitéré son avis formulé en avril 2015, dans lequel il l’a considérait déjà comme étant «arbitraire». Les experts onusiens appellent le gouvernement sénégalais à «prendre les mesures nécessaires pour remédier à la situation et la rendre conforme aux normes internationales des Droits de l’homme», rejetant au passage tout «conflit d’intérêt supposé» au sein du Groupe de travail.

Togo : L’Etat togolais devant la Cour de justice de la Cedeao

2016-02-01, Numéro 393

De report en report, la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Lomé a prévu encore une fois rendre son verdict le 3 février prochain dans l’affaire Pascal Bodjona. L'autre rendez-vous dans cette affaire se fera devant la Cour de justice de la Cedeao le 10 février, suite à une requête des Conseils de Pascal Bodjona. Le 24 avril 2015, la Cour de justice de la Cedeao avait ordonné à l'Etat togolais la tenue d’un procès ou la libération de l’ancien ministre de l’Administration territoriale s'il manque de preuves. Pour sa part, le ministre de la Justice et des Droits de l’homme a promis la tenue d’un procès équitable mais estime que les conditions ne sont pas encore réunies pour le faire. Des arguments balayés du revers de la main par les conseils de l’ex ministre qui parlent de détention arbitraire.

Afrique du Sud : Report du procès du Danois accusé de mutilations génitales

2016-01-18, Numéro 391

Le procès du Danois accusé d'avoir mutilé des femmes et conservé des morceaux de leurs organes génitaux dans son congélateur a été reporté au 26 février. Agé de 63 ans, ce propriétaire de plusieurs armureries à Bloemfontein avait été arrêté à son domicile en septembre après une plainte de sa femme. La police avait alors fait de sordides découvertes lors de la perquisition de sa maison. Dix morceaux provenant d'au moins sept clitoris étaient dissimulés dans un congélateur. Deux autres morceaux de parties génitales féminines séchaient sur un crochet, tandis que de la chair baignait dans des bouteilles d'eau.

Angola : Suspension du procès des opposants au président Dos Santos

2016-01-18, Numéro 391

Le procès de 17 opposants accusés de rébellion et de tentative de coup d'Etat en Angola, qui devait se terminer le 7 janvier, a été ajourné au 25 janvier. Plus de cinquante témoins sont encore attendus à la barre d'ici la fin du procès. Mais seulement deux se sont présentés. Les 17 militants, accusés sont membres du Mouvement révolutionnaire de l'Angola, qui demande le départ du président Dos Santos, au pouvoir depuis 1979. Tous risquent entre trois et douze ans de prison.

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro visé par un mandat d’arrêt burkinabè ?

2016-01-18, Numéro 391

Un mandat d'arrêt international contre Guillaume Soro, le numéro deux du régime ivoirien, a été émis le 8 janvier et Interpol a été saisie affirme le directeur de la justice militaire burkinabè, Sita Sangaré. Ce mandat d’arrêt intervient dans le cadre de l'enquête sur le coup d'Etat raté du 17 septembre 2015 à Ouagadougou. Celle-ci a déjà permis d'interpeller plusieurs responsables, dont Djibril Bassolé, l'ancien ministre des Affaires étrangères burkinabè. A l'origine de ce mandat d'arrêt, deux enregistrements téléphoniques attribués au président de l'Assemblée nationale et à Djibril Bassolé. Ces écoutes avaient été publiées par la presse en novembre 2015. Il s'agit de conversations dans lesquelles on entend les voix de deux hommes, évoquant un soutien, notamment financier, au putsch du général Gilbert Diendéré. Le gouvernement ivoirien reste pour le moment extrêmement silencieux sur cette affaire.

Côte d’Ivoire : Plus de 2 millions d’enfants non déclarés à l’Etat civil

2016-01-18, Numéro 391

Plus de 2 millions d’enfants de moins 18 ans ne sont pas déclarés à l’Etat civil en Côte d’Ivoire où l’école obligatoire a été décrétée en 2015 par le gouvernement pour les enfants de 6 à16 ans. Selon la dernière analyse de la situation de l'enfant en Côte d'Ivoire (Sitan), on estime à environ 2,8 millions le nombre d'enfants de 0-17 ans non enregistrés, dont près de 1,3 million de moins de 5 ans et 1,5 million d'enfants en âge de scolarisation (5-17 ans). Des chiffres alarmants qui peuvent constituer des entorses à l'école obligatoire instituée par le gouvernement ivoirien depuis le début de la rentrée scolaire 2015-2016.

Guinée : Deux ans de prison ferme requis contre le général Nouhou Thiam

2016-01-18, Numéro 391

Le parquet militaire guinéen a requis jeudi 14 janvier deux ans de prison ferme contre le général Nouhou Thiam, ancien chef d’état-major général des armées sous la transition (décembre 2008 - décembre 2010) et cinq autres prévenus, lors de leur procès en appel à Conakry. Ils avaient tous été arrêtés suite à l’attaque du 19 juillet 2011 contre le domicile privé du président Alpha Condé, pour être finalement inculpés des faits de désertion pour le premier et de violation des consignes pour les cinq autres.

Rd Congo : 10 mois de détention pour les militants de Filimbi

2016-01-18, Numéro 391

En République démocratique du Congo (Rdc), cela fait dix mois maintenant qu'Yves Makwambala et Fred Bauma sont emprisonnés. Ces deux militants, poursuivis par la justice congolaise pour atteinte à la sûreté intérieure de l’État, avaient pris part à une conférence commune avec les mouvements citoyens sénégalais et burkinabè, Y’en a marre et le Balai citoyen. Il y a quelques semaines, les Nations unies avaient demandé leur libération, faute de preuves, sachant que les autres participants arrêtés lors de cette rencontre du mois de mars ont déjà été relâchés.

Afrique du Sud : prison ferme pour le roi de la tribu de Mandela

2016-01-05, Numéro 390

Le roi coutumier de la tribu de Nelson Mandela, les Thembu, devait commencer mercredi 30 décembre, à purger une peine de douze ans de prison, après le rejet par la justice sud-africaine d'une prorogation de sa liberté provisoire. Il avait été condamné en 2009 à quinze ans de prison pour homicide, incendie volontaire et coups et blessures, mais avait vu sa peine réduite à douze ans en appel, après l'abandon des poursuites pour homicide. Âgé de 51 ans, le controversé roi des Thembu, qui se revendique fumeur de marijuana, avait été condamné pour avoir mis le feu à des campements de certains de ses "sujets" qui avaient résisté à des ordres d'expulsion. Il avait également été condamné pour avoir roué de coups trois jeunes hommes qui avaient déjà été passés à tabac par les gardes du roi sur des suspicions de viol et cambriolage.

Burundi : Recrudescence des violences sexuelles à Bujumbura

2016-01-05, Numéro 390

On assiste ces derniers mois à une recrudescence à Bujumbura des agressions sexuelles et viols par des hommes armés, qu'ils soient en uniformes ou non. Un phénomène qui avait quasiment disparu mais qui à la faveur de la crise, réapparait. Ce phénomène touche surtout les quartiers contestataires où la plupart des hommes ont fui par peur d'être arrêté, l'ont été ou même ont été tués. Les femmes se retrouvent donc seules et vulnérables. La plupart des victimes ne rapportent pas l'agression par honte ou par peur de représailles.

Egypte : Le chef des Frères musulmans condamné à 10 ans pour violences

2016-01-05, Numéro 390

Un tribunal militaire a condamné le chef des Frères musulmans à dix ans de prison et des dizaines d’autres islamistes à la prison à vie pour leur implication dans des affrontements meurtriers en 2013, selon des responsables. Mohamed Badie et les autres accusés ont été reconnus coupables d’avoir participé à des affrontements qui avaient fait 31 morts à Suez (est) entre le 14 et le 16 août 2013. Les heurts avaient éclaté peu après la dispersion au Caire par la police de deux rassemblements d’islamistes qui manifestaient contre la destitution un mois plus tôt du président Mohamed Morsi, issu de la confrérie. La dispersion des sit-in avait fait 700 morts.

Gambie : L'interdiction de l'excision a désormais force de loi

2016-01-05, Numéro 390

Le Parlement gambien a adopté une nouvelle loi réprimant pénalement l’excision, passible de peines de prison pouvant aller jusqu’à trois ans, un mois après une déclaration du président Yahya Jammeh prohibant une pratique très répandue. Les contrevenants sont passibles de peines de prison pouvant aller jusqu’à trois ans et/ou d’une amende de 1 300 dollars (près de 1 200 euros), dans un pays où aucun texte spécifique sur l’excision n’existait jusqu’alors. Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la Gambie est l’un des dix pays, tous africains, où l’excision est la plus pratiquée, touchant environ trois quarts de la population féminine.

Mauritanie : Evasion d'un terroriste condamné à mort

2016-01-05, Numéro 390

Un prisonnier mauritanien, condamné à mort en 2011 pour acte terroriste après une opération à la voiture piégée menée par l'organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), s'est évadé de la prison centrale de Nouakchott. Cheikh Ould Saleck a été vu pour la dernière fois par ses codétenus jeudi 31 décembre à la mi-journée. Selon une source sécuritaire, c'est l'absence de Cheikh Ould Saleck à la prière collective du soir qui a alerté prisonniers et gardiens. Ils seraient alors allés le chercher et auraient trouvé sa cellule verrouillée. Pour l'instant, les modalités de cette évasion demeurent inconnues. Cheikh Ould Saleck était en tout cas un prisonnier placé sous haute sécurité, comme la trentaine de jihadistes détenus dans la prison centrale de Nouakchott.

Rwanda : Le TPIR ferme ses portes, les poursuites continuent

2016-01-05, Numéro 390

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda créé en 1994 après le génocide rwandais a clôt formellement ses travaux le jeudi 31 décembre. Le jugement de présumés génocidaires ne s'arrête pas pour autant : le Tpir a transmis plusieurs affaires au Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux qui assurera le suivi des dossiers. Et puis les juridictions nationales peuvent se saisir d'affaires. Ainsi un ressortissant rwandais installé en Allemagne depuis 2002 a été condamné à une peine de réclusion à perpétuité pour sa participation active au génocide mardi dernier par un tribunal de Francfort.

Zambie : Une loi contre la précarité du travail

2016-01-05, Numéro 390

Le président zambien, Edgar Lungu, a donné son aval à une loi mettant fin à la précarisation du travail dans ce pays d'Afrique australe, a déclaré mercredi 30 décembre, un haut responsable du gouvernement. D'après cette nouvelle loi, aucun employeur ne pourra congédier un employé sans raison valide, cependant elle n'empêche pas de sanctionner ou de congédier les employés non performants ou indisciplinés. La promulgation de cette loi pour la nouvelle année rend leurs droits aux travailleurs zambiens dont la plupart souffraient depuis longtemps d'exploitation et d'abus en raison de la précarisation.

Bénin : Un conflit pèse sur le chemin de fer Cotonou-Niamey

2015-12-07, Numéro 389

Boni Yayi a choisi de poursuivre les travaux de réhabilitation et de construction du chemin de fer Cotonou-Niamey alors que la décision de la Cour d’appel de Coconou en date du 19 novembre 2015 ordonne leur arrêt. Un choix du Chef de l’Etat qui ne sera pas sans grosses conséquences financières pour le pays. Le litige oppose la Société Pétrolin, l’Etat béninois et la Société Bolloré Africa Logistics.

Côte d’Ivoire : Enquête sur le "magot" de Félix Houphouët-Boigny

2015-12-07, Numéro 389

La fortune de l’ancien président ivoirien suscite beaucoup de convoitises. L’argent vient de la filière café-cacao, «L’or brun» de la Côte d’Ivoire. C’est grâce à cette filière que le président Houphouët-Boigny, propriétaire de plantations, s’est bâti une immense fortune. Quand il meurt en 1993, le « magot » d’Houphouët-Boigny est estimé entre sept et onze milliards de dollars. Cette fortune, le président ivoirien l’investit dans l’immobilier, en France. Un véritable « Monopoly » explique le spécialiste des affaires africaines, Antoine Glaser. Enquête…

Gambie : Plus de 30 jeunes arrêtés pour manifestation

2015-12-07, Numéro 389

Les forces de sécurité gambiennes ont arrêté plus de 30 personnes, pour la plupart des jeunes, pour avoir participé à une manifestation contre les activités minières dans le village côtier de Kartong. Des sources sécuritaires ont confirmé que la jeunesse de Kartong était descendue dans les rues pour exiger un arrêt des activités minières qu’ils jugent préjudiciables à leur localité. Kartong, situé à plusieurs kilomètres de Banjul, est un village dans le sud de la Gambie où l’extraction du sable alimente l’industrie de la construction en plein essor dans le pays.

Algérie : Kidnappings d‘enfants et agressions sexuelles contre les mineurs

2015-11-22, Numéro 387

Les tabous sont brisés et les Algériens osent en parler plus librement. Mais les lois sanctionnant la pédophilie ne sont pas toujours appliquées de façon ferme. Au vu des statistiques données par les organismes spécialisés et étalées dans la presse, il s’agit d’un véritable fléau que domine, de façon dramatique, le kidnapping, suivi, dans des proportions inquiétantes, par l’assassinat. Le réseau Nada pour la défense des droits de l’enfant a révélé que les enfants sont en perpétuel danger ! Ils sont des milliers à avoir été victimes de rapt. Quelque "1.000 à 1.500" cas signalés chaque année. Selon les spécialistes "les enlèvements, dont sont victimes les enfants, sont suivis de viol sexuels". La violence qui frappe les enfants ne s’arrête pas seulement au kidnapping. Et pour cause, des enfants ont été enlevés par des voisins et autres membres de la famille pour faire chanter les parents.

Angola : Ouverture du procès d’opposants

2015-11-22, Numéro 387

Le procès de 17 jeunes opposants au régime du président José Eduardo Dos Santos. Un procès suivi de près par les Ong, dont Amnesty international, qui réclament depuis plusieurs mois leur libération, en réponse à quoi le gouvernement a dénoncé les «tentatives d’ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Angola». Les accusés estiment quant à eux que tout est joué d’avance. Ils sont étudiants, professeurs, journalistes, tous âgés de 18 à 33 ans et ils sont accusés d’actes préparatifs à une rébellion et à un attentat contre le chef de l’Etat. Les 17 jeunes opposants dont le procès s’est ouvert à Luanda ont été arrêtés en juin dernier. Ils étaient réunis pour discuter autour d’un livre sur la désobéissance civile. Ils risquent jusqu’à 12 ans de prison.

Djibouti : Des dizaines de scellés sur l’assassinat du juge français Borrel détruits

2015-11-22, Numéro 387

Vingt ans après la disparation du juge Bernard Borrel, des scellés «importants» ont été détruits dans l'enquête sur son assassinat à Djibouti, indique la famille. Le magistrat détaché à Djibouti avait été retrouvé mort en 1995. L'enquête piétine depuis, empoisonnant les relations entre Paris et Djibouti. Parmi ces scellés détruits, «une soixantaine d’objets» selon la famille de Bernard Borrel, un briquet, une montre, une sandale et des bidons d'essence retrouvés sur les lieux du drame à Djibouti. Des objets sur lesquels comme par hasard la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris a demandé en septembre dernier que de nouveaux actes soient effectués, notamment l'analyse d'une trace papillaire.

Gambie : Calvaire des Sénégalais établis

2015-11-22, Numéro 387

Les ressortissants sénégalais vivant en Gambie sont sur les nerfs. Comme en 2003, ils craignent que le dictateur gambien Yahya Jammeh ne les utilise comme monnaie d'échange face aux autorités sénégalaises. Sous le couvert de l'anonymat, ils informent que l'administration Jammeh n'a vraiment jamais été le protecteur et le bienfaiteur des Sénégalais comme il veut le faire croire. Car, Yahya Jammeh et son régime ont en effet multiplié cette année l'imposition de nouvelles taxes par les services de l'immigration gambienne, les municipalités, les services du trésor public et les impôts et domaines gambiens sans compter les multiples descentes d'agents de la police qui, pour une raison ou une autre, trouvent toujours des raisons de puiser dans le tiroir-caisse des Sénégalais vivant en Gambie. Nos compatriotes sont si pressés par une fiscalité incompréhensible

Liberia : Les Etats-Unis lèvent leurs sanctions contre l'ex-président Taylor

2015-11-22, Numéro 387

Le président américain Barack Obama a levé le jeudi 19 novembre, les sanctions imposées contre l'ex-homme fort du Liberia Charles Taylor, qui purge au Royaume-Uni une peine de 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité. Cette mesure, largement symbolique, met fin à des sanctions vieilles d'une décennie à l'encontre de l'ancien président libérien et ses proches pour leur rôle dans la guerre civile en Sierra-Leone (1991-2002) qui a fait quelque 120 000 morts et des milliers de civils mutilés.
 Il avait comparu devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, accusé d'avoir aidé et encouragé une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de ce pays en fournissant armes, munitions et autres aides logistiques au Front révolutionnaire uni en échange de diamants.

Niger : La famille d’Ibrahim Baré Maïnassara espère l’ouverture d’une enquête

2015-11-22, Numéro 387

Et si une enquête sur l’assassinat d’Ibrahim Baré Maïnassara était enfin ouverte ? C’est l’espoir que nourrit la famille de l’ancien président tué sur une base militaire par des membres de sa propre garde, le 9 avril 1999. En effet, le 23 octobre dernier, la Cour de justice de la Cedeao a condamné l’État nigérien à verser aux proches du défunt une indemnité d’un montant équivalent à 663 000 euros. La veuve de l’ancien chef de l’État, Clémence Baré Maïnassara, précise qu’obtenir des réparations financières n’a jamais été son objectif premier et que plusieurs autres familles ont été touchées. Mais, selon elle, ce jugement leur redonne à tous des arguments imparables et l’énergie suffisante pour poursuivre le combat qu’ils mènent depuis seize ans.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/