Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Média & liberté d'expression

RSS Feed

Congo : Des pigistes exigent leur intégration dans la Fonction publique

2014-01-15, Numéro 309

Le 7 janvier 2014, le collectif des journalistes pigistes et stagiaires a manifesté devant le ministère de la Fonction publique à Brazzaville, exigeant d’être recrutés par l’Etat congolais. Le collectif comprend des employés de l'Agence congolaise d'information, la Nouvelle République, l'imprimerie nationale, la radio Brazzaville et du Centre national de la radio et télévision (Cnrtv). Les manifestants ont dénoncé le fait qu’aucun quota de recrutement n’a été accordé au ministère de la Communication au titre de l’année 2013.

Gambie : Levée d'interdiction de deux médias

2014-01-09, Numéro 308

La présidence de la République gambienne a annoncé mercredi 1er janvier la levée de l'interdiction qui frappait la radio Téranga Fm et le journal 'The Standard Newspaper', comme gage de la bonne volonté du gouvernement d'inaugurer la nouvelle année ses relations avec la presse sous de bons auspices.
La radio Téranga FM a été pour la seconde fois interdite d'émettre le 14 août 2012 par les autorités gambiennes après avoir reçu une mise en demeure concernant une émission qui traduisait en langues nationales du pays les aspects les plus saillants de l'actualité de la presse gambienne.

Quant au quotidien 'The Standard Newspaper' son interdiction de paraître date du 14 septembre 2012.

Guinée : Deux journalistes sanctionnés pour un reportage sur les travaux d’une entreprise appartenant à un proche de la Première Dame

2013-12-18, Numéro 307

Les journalistes Ansoumane Toumany Camara et Fodé Bangaly Fofana, respectivement, reporter et correspondant régional de la Radio télévision guinéenne en Haute Guinée, ont été «suspendus jusqu’à nouvel ordre» le mercredi 11 décembre par le Directeur général de la Rtg.
Les raisons de leur suspension s’expliquent par leur intervention dans l’émission «Les Grandes Gueules» de la radio privée Espace Fm après la diffusion, dans le JT de 20h30 de la Rtg, de deux reportages différents sur l’exécution des travaux de réhabilitation de la voirie urbaine de la Kankan, située à plus de 662 Km de Conakry. Dans cette émission, les deux journalistes se sont contre-attaqués, ignorant leur appartenance au même média d’Etat. A la suite de leur passage mal apprécié par leurs chefs dans cette émission très écoutée à Conakry, le Directeur général de la Rtg a pris une décision les suspendant pour «manque de responsabilité et de respect à la Rédaction».


Kenya : Le président bloque un projet de loi controversé sur les médias

2013-12-14, Numéro 307

Le président kényan Uhuru Kenyatta a opposé son véto mercredi 27novembre à un projet de loi controversé sur les médias, dénoncé par ses opposants comme une tentative de "museler" la presse. Les députés ont voté en octobre un projet de loi prévoyant la mise en place d'un organe spécial chargé de surveiller les médias, doté de prérogatives pour infliger d'importantes amendes à des journalistes ou de les empêcher d'exercer. Le projet de loi a provoqué de vives protestations parmi les médias indépendants au Kenya, qui n'ont pas hésité à titrer en Une que ce projet menaçait la démocratie et la liberté d'expression.

Mali : Le gouvernement accusé de censurer un site d'informations

2013-12-18, Numéro 307

Le Comité pour la protection des Journalistes (Cpj) est préoccupé par des informations faisant état de menaces par le gouvernement du Mali à l'endroit d'un site web malien basé à Paris pour avoir posté le vendredi 13 décembre un article de l'agence de presse américaine Associated Press impliquant des soldats maliens dans des exécutions extrajudiciaires. Le rédacteur en chef du portail d'informations Maliactu a déclaré avoir reçu deux appels téléphoniques différents et un courriel des ministères maliens de la Défense et de la Communication menaçant de bloquer son site au Mali si l'article en question n'est pas retiré. L'enquête menée par AP pendant six mois, porte sur des présumées représailles militaires contre des habitants d'origines arabes, peuls et touareg de Tombouctou après la libération de la cité de l'emprise des militants liées à Al-Qaeda en janvier dernier.

Tchad : Un directeur d’un journal devant la justice

2013-12-14, Numéro 307

Le patron du journal hebdomadaire tchadien L’Observateur, Samory Ngaradoumbé, est en garde à vue à la police judiciaire de Ndjamena depuis lundi 25 novembre, sans pour autant qu’on sache les raison de son arrestation. Le procureur ne souhaitant pas communiquer sur son dossier. Mais selon l’entourage du directeur de presse, son arrestation est liée à un article publié fin septembre au sujet d’une mutinerie dans le camp militaire de Bardaï dans le nord du Tchad. M. Ngaradoumbé avait déjà été condamné à trois mois de prison en 2005 pour des faits similaires.

Kenya : Le président bloque un projet de loi controversé sur les médias

2013-12-07, Numéro 306

Le président kényan Uhuru Kenyatta a opposé son véto mercredi 27novembre à un projet de loi controversé sur les médias, dénoncé par ses opposants comme une tentative de "museler" la presse. Les députés ont voté en octobre un projet de loi prévoyant la mise en place d'un organe spécial chargé de surveiller les médias, doté de prérogatives pour infliger d'importantes amendes à des journalistes ou de les empêcher d'exercer. Le projet de loi a provoqué de vives protestations parmi les médias indépendants au Kenya, qui n'ont pas hésité à titrer en Une que ce projet menaçait la démocratie et la liberté d'expression.

Tchad : Un directeur d’un journal devant la justice

2013-12-07, Numéro 306

Le patron du journal hebdomadaire tchadien L’Observateur, Samory Ngaradoumbé, est en garde à vue à la police judiciaire de Ndjamena depuis lundi 25 novembre, sans pour autant qu’on sache les raison de son arrestation. Le procureur ne souhaitant pas communiquer sur son dossier. Mais selon l’entourage du directeur de presse, son arrestation est liée à un article publié fin septembre au sujet d’une mutinerie dans le camp militaire de Bardaï dans le nord du Tchad. M. Ngaradoumbé avait déjà été condamné à trois mois de prison en 2005 pour des faits similaires.

Afrique du Sud : Des photos de la maison de Zuma publiées malgré un avertissement

2013-11-28, Numéro 305

Les médias sud-africains ont passé outre à une mise en garde du gouvernement en publiant vendredi 22 novembre des photos de la demeure privée du président Jacob Zuma dont la rénovation, pour plusieurs millions de dollars financée sur des fonds publics a provoqué une controverse. Le ministre de la Sécurité d'Etat avait demandé, jeudi 21 novembre, à la presse, de ne pas publierces photos, affirmant que cela violerait les lois sur la sécurité.

Afrique : Des Ong demandent de retirer à la Gambie le siège de Cadhp

2013-11-20, Numéro 304

Les organisations de droits de l’homme comme la Raddho et Article 19 pour la défense de la liberté d’expression et l’accès à l’information en Afrique de l’Ouest ne veulent plus que le gouvernement gambien continue d’abriter le siège de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (Cadhp), au vu des «violations flagrantes de la charte africaine des droits de l’homme et des menaces perpétrées contre les journalistes dans ce pays».
 Ils ont même, en ce sens, boycotté, pour la première fois, le forum des Ong puis la session ordinaire de la Cadhp tenue du 22 octobre au 05 novembre 2013. La Raddho, Article 19 et la Cosidev Afrique, en marquant de leur absence cette rencontre, voulaient alerter la commission et lui faire comprendre que sa crédibilité est en jeu.

Maroc : Rsf interpelle John Kerry sur la situation de la liberté d’information

2013-11-13, Numéro 303

Reporters sans frontières" (Rsf) a adressé une lettre au secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui devait faire une tournée maghrébine, reportée de quelques semaines, dans laquelle elle a exprimé son inquiétude et ses préoccupations sur la situation de la liberté de l’information au Maroc. L’affaire "Ali Anouzla", le directeur de la version arabophone du site d’information "Lakome", arrêté le 17 septembre 2013 à Rabat pour avoir publié un lien vers un article du quotidien espagnol "El Pais" qui renvoyait lui-même vers une vidéo attribuée au groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique, a été cité par Rsf comme exemple.

Tchad : Idriss Déby salue le travail de la presse

2013-11-13, Numéro 303

Le jeudi 7 novembre, à l'occasion de la visite du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, Idriss Déby a tenu à présenter ses condoléances à la France et au groupe Rfi pour la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali. Il a aussi exhorté les journalistes à «continuer de rechercher la vérité partout où elle se trouve». Reporters sans frontières a plusieurs fois épinglé le Tchad pour l'emprisonnement de journalistes et des pressions sur les médias.

Kenya : Une nouvelle loi liberticide sur la presse

2013-11-06, Numéro 302

Le jeudi 31 octobre, les députés ont voté la création d'un tribunal spécial pour les médias, nommé par le gouvernement, qui pourra infliger des amendes très élevées, jusqu'à 20 millions de shillings kényans (173.000 euros) contre les organes de presse et un million contre les journalistes en cas de non-respect du Code de déontologie. Il pourra également interdire certains journalistes de travailler en les empêchant de bénéficier de la carte de presse officielle. La loi, qui doit encore être promulguée par le président Uhuru Kenyatta, annonce aussi la mise en place d'un contrôle strict des programmes de radio et de télévision, imposant notamment un quota de programmes et de publicités fabriqués localement d'au moins 45%.

Mali : RFI sous le choc après l'assassinat de deux de ses envoyés spéciaux

2013-11-02, Numéro 301

Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé samedi 2 novembre au soir la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux envoyés spéciaux de RFI au Mali. Cela s'est passé à Kidal, au nord du pays, non loin des montagnes où les islamistes d'Aqmi sont pris pour cibles par les militaires de l'opération Serval. Les deux reporters de RFI y ont été enlevés avant d'être vraisemblablement assassinés.

Somalie : Un journaliste succombe à ses blessures à Mogadiscio

2013-10-29, Numéro 301

Mohamed Mohamud Timacade, journaliste somalien de la chaîne en langue somali Universal TV, basée à Londres a été grièvement blessé par balles par des tireurs non identifiés à Mogadiscio a succombé samedi 26 octobre à ses blessures, ont annoncé des proches et confrères. Sa mort porte à sept, au moins, le nombre des professionnels des médias tués en Somalie depuis le début de l'année. Les tireurs avaient arrêté son véhicule et l'avaient arrosé de balles, selon ses collègues. Les assassinats de journalistes sont souvent attribués aux insurgés islamistes shebab mais peuvent aussi être liés à des règlements de compte entre les multiples factions claniques qui fragmentent la Somalie, privée de réelle autorité centrale depuis la chute du président Siad Barre en 1991 et plongée depuis dans le chaos et la guerre civile. Les assassins de journalistes ne sont quasiment jamais identifiés.

Somalie : Une radio privée réputée fermée pour occupation illégale de local

2013-10-29, Numéro 301

Radio Shabelle, radio privée la plus connue de Somalie, a subi samedi 26 octobre une descente des forces de sécurité somaliennes, qui ont coupé sa diffusion, l'accusant d'occuper illégalement ses locaux. Le raid a été mené par des hommes lourdement armés, qui ont également arrêté des journalistes dans les locaux et qui commençaient à rendre compte du raid sur les ondes, avant que la radio ne soit fermée. Les forces de sécurité sont intervenues quatre jours après la diffusion d'une lettre du ministère somalien de l'Intérieur ordonnant à Radio-Shabelle de quitter le bâtiment qu'elle occupait depuis quatre ans. Selon le ministère, ce bâtiment, situé près de l'aéroport de Mogadiscio, appartient au gouvernement.

Egypte : Un été noir pour la presse

2013-10-23, Numéro 300

La liberté d'opinion, d'expression et de la presse connaît un recul inquiétant en Egypte. Plusieurs journalistes ont perdu la vie dans l'exercice de leur métier, d'autres ont été arrêtés ou inculpés pour "insulte à l'institution militaire", "atteinte à la sécurité nationale" ou "diffusion de fausses informations". Selon un récent rapport sur le sujet, la période des trois mois allant du 1er juin au 30 août a vu une hausse dramatique des indicateurs avec la mort de 5 journalistes, alors qu'aucun n'avait été tué au cours des cinq premiers mois de l'année. Ce rapport parle de "catastrophe honteuse" et souligne qu'il s'agit du chiffre le plus élevé depuis trente ans au moins.

Tanzanie : Les médias privés boycottent la ministre de l’Information

2013-10-15, Numéro 299

Le 27 septembre, deux journaux, le Mwananchi (le Citoyen en kiswahili) et le Mtanzania (le Tanzanien) ont été suspendus, respectivement pour 14 jours et 90 jours, le gouvernement les accusant d’avoir publié des articles séditieux. L'an dernier déjà, le 30 juillet 2012, un autre journal, Mwanahalisi, avait déjà été suspendu, cette fois pour une durée indéterminée. En réaction, les professionnels des médias indiquent avoir décidé "de ne pas assurer de couverture médiatique, et ce pour une période indéterminée, pour la ministre de l’Information et le directeur des Services d’information en Tanzanie Assah Mwambene".

Burundi : Presse muselée, stabilité menacée ?

2013-09-30, Numéro 298

L'encadrement, voire le musellement du 4e pouvoir décidé par voie législative indigne ses principaux acteurs ainsi que les organisations de défense des droits de l’homme au Burundi. Il est symptomatique d’une profession mise sous le joug du pouvoir, étranglé dans son essence même : sa liberté est, depuis la promulgation en juin dernier d’une nouvelle loi, menacée. Et à travers elle, c’est la liberté d’expression qui est restreinte. La loi sur la presse au Burundi prévoit des peines allant de l’amende à la prison pour les journalistes qui ne respecteraient pas les sujets considérés comme "sensibles" par le gouvernement.

Maroc : Des manifestants dénoncent l'emprisonnement d’un journaliste

2013-09-30, Numéro 298

Entre 100 et 150 personnes ont manifesté mercredi 18 septembre à Casablanca, pour réclamer la libération immédiate du journaliste Ali Anouzla, interpellé la veille à la suite de la diffusion, sur le site d'informations Lakome, d'une vidéo propagandiste d'Aqmi. L'arrestation d'Ali Anouzla a par ailleurs été condamnée par les ONG Reporters sans frontières (Rsf) et Amnesty international. Un des avocats d'Anouzla, Me Naïma Guellaf, a indiqué ne pas avoir obtenu l'autorisation de rencontrer son client - qui pourrait être poursuivi dans le cadre d'une loi antiterroriste

Maroc : Washington plaide pour la libération du journaliste Ali Anouzla

2013-10-09, Numéro 298

De l’administration Obama au Washington Post, la cause pour la libération du journaliste Ali Anouzla prend une nouvelle tournure. Alors que la France et l’Espagne gardent le silence à ce sujet, ce sont les Etats-Unis, par la voix du secrétaire d’Etat John Kerry, qui prennent la parole. Lors d’un point de presse organisé mercredi 2 octobre à Washington, le porte-parole du département d’Etat a exprimé les «préoccupations» des Etats-Unis suite à la «décision du gouvernement marocain de poursuivre Ali Anouzla». Celui-ci a été arrêté dans le cadre de la loi antiterroriste de 2003 pour avoir rédigé un article dans lequel figurait le lien d’une vidéo d’Al-Qaïda menaçant le Maroc et son roi, Mohammed VI. Mais en coulisse, il se murmure qu’il s’agit là d’un prétexte pour museler un journaliste qui dérange.

Afrique du Sud : Marche arrière du pouvoir sur une loi controversée sur les médias

2013-09-15, Numéro 297

Le président sud-africain Jacob Zuma a fait marche arrière et annoncé jeudi 12 septembre qu'il renonçait à promulguer en l'état une loi controversée restreignant la publication de données sensibles et dénoncée comme un moyen de museler les médias, notamment pour empêcher les révélations sur la corruption du pouvoir. La loi dite de "Protection des informations de l'Etat" est farouchement combattue par les médias, les groupes de défense des droits de l'homme et l'opposition qui y voient le risque que les documents publics, plus faciles à classer secret d'Etat, ne puissent plus sortir. Quiconque reconnu coupable de posséder ou de divulguer un secret d'Etat s'exposerait à 5 ans de prison, voire 25 ans s'il y a présomption d'espionnage.

Egypte : Al-Jazeera lance une procédure pour harcèlement

2013-09-15, Numéro 297

Le groupe de télévision satellitaire Al-Jazeera du Qatar a lancé une procédure judiciaire contre les autorités égyptiennes, affirmant que certains de ses journalistes avaient été placés en détention sans motif, ont annoncé jeudi12 septembre les avocats de la chaîne. Le groupe a déclaré qu'il a fait appel au cabinet Carter-Ruck, spécialisé dans le droit international, pour engager une action devant les cours de justice internationales et devant l'Onu, pour harcèlement.

Egypte : Plusieurs chaînes, dont al-Jazira, fermées

2013-09-09, Numéro 296

En Egypte, la cour administrative du Caire a décidé la fermeture de quatre chaînes de télévision proches des Frères musulmans dont notamment al-Jazira Egypte. La décision fait suite à une plainte déposée par le chef du parti Justice sociale, une petite formation de gauche. La cour administrative du Caire a justifié sa décision par le fait que les quatre chaînes n’avaient pas un permis de diffusion légal. Une décision exécutoire jusqu’à une éventuelle acceptation de l’appel. Ce jugement qui ne va pas vraiment affecter la diffusion d’al-Jazira Egypte puisque la chaîne émet depuis près de deux mois à partir du Qatar. Par contre, il pourra être utilisé par les autorités pour empêcher les journalistes de la chaîne de procéder à la couverture sur le terrain.

Gabon : 50 journalistes des médias publics marchent pour revendiquer leur intégration

2013-09-09, Numéro 296

Travaillant, pour certains, depuis 4 à 5 ans, une cinquantaine de jeunes journalistes et techniciens exerçant à Gabon Télévision, Radio Gabon, Gabon Matin ou à l’Igis, ont décidé de marcher le 6 septembre pour revendiquer leur intégration à la Fonction publique. Les journalistes en attente d’intégration à Gabon Télévision ne perçoivent que des frais de production, octroyés tous les 3 mois et s’élevant à moins de 100.000 F Cfa par mois. Le mouvement du vendredi 6 septembre avait donc pour but d’amener les décideurs à se pencher sur leur situation.

Liberia : La justice ferme un journal pour diffamation

2013-09-02, Numéro 295

Dans l’affaire qui oppose l’ex-ministre libérien de l’Agriculture et le quotidien Frontpage Africa, l’avantage est au ministre. La Cour suprême du Liberia a prononcé le mercredi 21 août la condamnation du journal et a ordonné la fermeture immédiate du quotidien jusqu’au paiement de 1,6 million de dollars (soit près de 1,2 million d’euros) de dommages et intérêts. Aussitôt le jugement rendu, le directeur de Frontpage Africa, Rodney Sieh, a été écroué après avoir déclaré qu’il «ne pouvait pas et n’entendait pas verser cette somme»

Libye : Un journaliste tué à Benghazi

2013-08-12, Numéro 294

"Azzeddine Koussad, présentateur à la télévision Libya Al-Hurra, a été tué de plusieurs balles par des inconnus qui ont ouvert le feu au moment où il se trouvait dans sa voiture stationnée près d'une banque du sang" à Benghazi.
 Médecin de formation, M. Koussad avait travaillé à la Radio al-Manara Fm avant de rejoindre la télévision Libya Al-Hurra, première chaîne privée ouverte après la révolution à Benghazi, berceau de la révolte qui a renversé le régime du dictateur Kadhafi en 2011. «Il y présentait une émission sur le "développement humain", sans aucun rapport avec la politique, ont indiqué des journalistes à Benghazi.

Congo : Un journaliste radié par ses confrères

2013-07-29, Numéro 292

Le journaliste Pierre Yula Omombo, éditeur responsable du journal ‘’Libre Débat » un hebdomadaire d’informations générales paraissant à Kinshasa, a été radié avec interdiction d’exercer la profession de journaliste sur toute l’étendue de la Rd Congo. Selon un communiqué de la Commission de discipline de l’Union nationale de la presse du Congo, il est reproché au journaliste des fautes lourdes dans l’exercice de la profession notamment la dénonciation calomnieuse et la divulgation des sources d’information ayant eu pour conséquence la révocation de quatre agents d’une entreprise publique avec lesquels il avait des relations liées à sa profession.

Burkina Faso : L’affaire des deux journalistes de l’Ouragan devant la cour africaine des droits de l’homme

2013-07-24, Numéro 291

La Cour africaine des droits de l’homme a décidé d’examiner l’affaire des deux journalistes de l’hebdomadaire burkinabé L’Ouragan condamnés, le 29 octobre 2012, à douze mois de prison ferme, quatre millions de francs (6 000 euros) d’amende et 500 000 francs (750 euros) de dommages et intérêts.

Burkina : Sit-in de journalistes contre l'"immixtion" du pouvoir

2013-07-24, Numéro 291

A l'appel du Syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (Synatic), rédacteurs, vidéastes et techniciens se sont rassemblés devant l'immeuble du ministère de la Communication, qui jouxte la télévision nationale. "Non à la censure des articles et des reportages dans les rédactions", "Non et non à l'ingérence dans notre travail", criaient les agents des médias publics. Cette manifestation, une première dans l'histoire du pays, a été organisée pour protester contre l'"immixtion" du pouvoir dans le traitement de l'information par les médias publics, concernant notamment l'opposition au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987.

Précédent ... 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 | 181-210 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/