Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Elections & gouvernance

RSS Feed

Afrique : Barack Obama et l’Afrique, histoire d’une déception

2015-07-27, Numéro 376

Pour son premier discours en terre d’Afrique, Barack Obama avait promis de changer le monde. C’était le 4 juin 2009, au Caire. Le nouveau président américain, portant le nom d’un père kényan, n’était entré en fonction que depuis quelques mois à la Maison Blanche. Il arrivait à présent sur le continent de ses ancêtres pour annoncer un « nouveau départ », en forme de réconciliation entre les Etats-Unis et une partie de la planète. Et il le faisait depuis la grande université Al-Azhar, « phare de l’érudition musulmane », selon ses mots, et orgueil du continent africain. Certes, il ne s’agissait que d’un discours prononcé en Afrique, et non d’un discours sur l’Afrique. Comme si le président Obama, en raison de ses origines, était le seul dirigeant de la première puissance mondiale capable de changer les règles du jeu à l’échelle planétaire, et d’instaurer de nouvelles lignes d’entente.

Afrique : Obama défend les valeurs et les intérêts des Etats-Unis

2015-07-27, Numéro 376

Après le Kenya, Barack Obama poursuit sa tournée africaine par l’Ethiopie, où il est en visite du 27 au 28 juillet. Dans un discours mardi 28 julllet, au siège de l’Union africaine, à Addis Abeba, le président américain devrait rappeler les grands axes de sa politique vis-à-vis du continent : la démocratie et les droits de l’homme, la sécurité, avec notamment la lutte contre le terrorisme, et les investissements, dans un contexte économique et commercial dominé par la Chine. Mais l’étape d’Addis Abeba est avant tout symbolique. Elle représente d’une certaine manière les « adieux » de M. Obama à l’Afrique en tant que président des Etats-Unis – il quitte la Maison Blanche dans dix-huit mois, et il est peu probable qu’il retourne en Afrique d’ici-là. Pour lui, le meilleur interlocuteur, le plus représentatif du continent pour ce dernier contact, ne pouvait être que l’assemblée de l’Union africaine. C’est cette même tonalité symbolique qu’il faudra retenir de la visite de Barack Obama au Kenya, le pays natal de son père

Afrique Obama réclame l’«égalité des droits» pour les homosexuels

2015-07-27, Numéro 376

Barack Obama, au deuxième jour de sa visite au Kenya, a assuré samedi 25 juillet le gouvernement de Nairobi du soutien des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme islamiste du groupe somalien Al-Chabab, allié à Al-Qaida. Barack Obama a par ailleurs appelé les autorités kényanes à accentuer la lutte contre la corruption, afin de favoriser la croissance économique, et a défendu les droits des homosexuels – le Kenya, comme de nombreux pays africains, interdit les relations homosexuelles. Comparant l’homophobie à la discrimination raciale qu’ont connue les Etats-Unis, M. Obama a souligné qu’il ne pouvait être d’accord avec la position des autorités kényanes sur l’homosexualité. Le vice-président kényan William Ruto, qui a participé samedi aux discussions avec Barack Obama, a affirmé qu’il n’y avait pas de place pour les homosexuels dans son pays.

Congo-Brazzaville : L'appel à la «résistance pacifique» de l'opposition

2015-07-30, Numéro 376

Les 630 participants au dialogue alternatif initié par l'opposition et quelques formations de la majorité ont rendu leurs conclusions, mercredi 29 juillet. Ils appellent le peuple congolais à la « résistance pacifique » face aux velléités du pouvoir de changer la Constitution en vue du maintien au pouvoir du président Denis Sassou-Nguesso en 2016. Le président du présidium des travaux, a qualifié ce dialogue alternatif de « transversal » et exigé que la présidentielle de 2016 soit tenue « dans les délais constitutionnels ».

Burkina Faso : Le parti de Compaoré a son candidat pour la présidentielle

2015-07-22, Numéro 376

Le parti de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, chassé par la rue en octobre après 27 ans de règne, a désigné son nouveau chef Eddie Komboïgo comme candidat à l'élection présidentielle du 11 octobre. C'est la première fois que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), créé par M. Compaoré en 1996 et passé dans l'opposition après sa chute, se choisit un candidat autre que son père fondateur. Quelque 5 000 délégués ont choisi cet expert-comptable qui a fait fortune à la tête d'un cabinet d'audit et a été porté à la tête du parti en mai dernier. Issu de l'ethnie mossi (majoritaire au Burkina), le candidat a rendu un hommage appuyé à M. Compaoré, un "grand bâtisseur du Burkina Faso et de l'Afrique".

Côte d’Ivoire : Pascal Affi N’Guessan, l’homme qui voulait tourner la page Gbagbo

2015-07-22, Numéro 376

Sans doute n'imaginait-il pas que la tâche serait à ce point difficile. Mais Pascal Affi N'Guessan s'obstine et compte bien porter les couleurs du Fpi à la présidentielle d'octobre. Sauf qu'il sait désormais que ses ennemis les plus féroces appartiennent à son propre camp. Portrait.

Ghana : L’hélico du président échappe à un crash

2015-07-22, Numéro 376

Le président John Dramani Mahama et la Première dame Lordina Mahama ont échappé à un accident mortel de leur hélicopter. Selon eux, l’hélicoptère dans lequel ils volaient est parti de Sunyani à destination de Kumassi. Mais il a du «atterrir dans l’urgence à la base militaire de Kumassi» leur a indiqué un militaire des Forces armées ghanéennes. Le directeur des relations publiques des Forces armées du Ghana, le lieutenant-colonel Aggrey Quarshie, les aurait informé de la décision du pilote de faire atterrir l’hélicoptère à cause de «mauvais temps». «Il y avait un orage ». Le lieutenant colonel Aggrey Quarshie a ajouté que «personne n’a été blessé.» Au mois de mars, l’avion présidentiel avait pris feu alors qu’il décollait de l’aéroport international de Kotoka.

Guinée : Impasse politique

2015-07-22, Numéro 376

Le chef de file de l’opposition guinéenne se dit très sceptique de l’issue du dialogue politique qui reste bloqué. Cellou Dalein Diallo affirme que l’opposition a fourni beaucoup d’efforts pour donner toutes les chances au dialogue. Il a lancé un appel à la mobilisation après le mois de Ramadan. «Depuis bientôt deux (2) mois, nous avons accepté d’aller autour de la table de négociation pour essayer de convaincre par des arguments le camp d’en-face sur la nécessité de prendre dans notre pays l’habitude d’appliquer la loi et les accords politiques», déclare Cellou Dalein Diallo. Face à cette situation de blocage, indique-t-il à ses militants, ‘’il faut que nous soyons préparés à la manifestions’’.

Guinée : L’ancien ministre Tibou Kamara met l'opposition en garde

2015-07-22, Numéro 376

Si la date de la présidentielle du 11 octobre n'a jamais fait l'objet de polémique au sein de la classe politique guinéenne, les conditions d'organisation de ce scrutin quant à elles sont loin d'être consensuelles. Les critiques liées aux préparatifs de cette élection se font de plus en plus nombreuses, notamment de la part des partis de l'opposition qui redoutent une mascarade électorale. Des critiques de plus en plus liées au fichier électoral ''tripatouillé'' grâce à la complicité d'une Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ''à la solde du pouvoir''. Des accusations graves qui entameraient la crédibilité des élections. C'est dans ces conditions que certaines voix se lèvent pour déconseiller l'opposition d'aller à la prochaine présidentielle prévue le 11 octobre.

Kenya : Obama, un voyage homophile ?

2015-07-22, Numéro 376

L’homophobie n’est-t-elle pas partagée par tout le continent ? C’est peu de le dire, Barack Obama est attendu au pays de son géniteur. Il n’est pas seulement attendu par les organisateurs du sixième “Sommet global de l’entrepreneuriat” auquel il doit participer à la fin de ce mois. Il n’est pas seulement attendu par Mama Sarah, la troisième femme de son grand-père paternel, laquelle s’est proposée de cuisiner «toutes sortes de plats traditionnels» au président américain, s’il acceptait de faire un crochet par Kogelo, le village natal de son géniteur. Il n’est pas seulement attendu par Felix Kiprono, cet “avocat” qui offre 50 vaches et 70 moutons contre la main de la fille présidentielle. Barack Obama est aussi attendu par des opposants au mariage gay échaudés par la récente décision de la Cour suprême des États-Unis de reconnaître juridiquement l’union entre personnes de même sexe.

Kenya : Obama n’ira pas au village de son père lors de sa visite

2015-07-22, Numéro 376

Le président américain Barack Obama est très attendu au Kenya, où il doit se rendre dans une semaine. Toutefois le président américain ne rendra pas visite à sa famille kényane dans le village de Kogelo, dans l’ouest du pays, où est enterré son père. Une information confirmée par l’ambassadeur des Etats-Unis à Nairobi, Robert Godec. Lors de cette visite très attendue au Kenya, sa première depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain restera dans la capitale Nairobi. Il doit participer à un "Sommet mondial de l’entrepreneuriat", qui s’ouvre le 24 juillet à Nairobi. La réunion portera sur l’accélération de la croissance économique, le renforcement des institutions et l’amélioration de la sécurité au Kenya, selon la Maison Blanche. Il doit ensuite se rendre dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, une première pour un président américain en exercice.

Kenya : Touchantes retrouvailles et grand dîner avec sa famille

2015-07-27, Numéro 376

Vendredi 24 juillet, Barack Obama est arrivé au Kenya pour une visite officielle. Un voyage un peu spécial puisque c'est la première d'un président américain dans ce pays d'Afrique de l'Est mais surtout la première d'Obama dans la patrie de son papa. Résultat, le démocrate a pu retrouver quelques membres de sa famille dès son arrivée. "Je suis fier d'être le premier président américain à visiter le Kenya. Je suis content de voir ma famille et de parler avec les jeunes Kényans à propos de l'avenir", a twitté dans la soirée Barack Obama, quelques heures après son arrivée. Le Démocrate, né à Hawaï d'une mère américaine et d'un père kényan, avait longtemps été gêné par l'inculpation du président Kenyatta devant la Cour pénale internationale pour son rôle présumé dans des violences postélectorales. Les poursuites ont toutefois été stoppées en décembre, faute de preuves, lui permettant de venir dans l'Afrique de l'Est.

Tanzanie : Le parti au pouvoir choisit son candidat à la présidentielle

2015-07-22, Numéro 376

Le parti au pouvoir en Tanzanie a désigné John Magafuli, actuel ministre des Travaux publics, pour le représenter lors de l'élection présidentielle d'octobre prochain, selon des membres de ce mouvement. Âgé de 55 ans, John Magafuli a de fortes chances de succéder au président Jakaya Kikwete, qui achève cette année son second quinquennat, fait rare dans la région, ne sera pas candidat à sa succession.

Afrique : Biya et Buhari vont-ils enfin se réconcilier ?

2015-07-06, Numéro 374

Sans doute Muhammadu Buhari et Paul Biya ne pouvaient-ils s’ignorer plus longtemps. Le 15 juin, le nouveau président nigérian a annoncé son intention de se rendre à Yaoundé pour y rencontrer son homologue camerounais, le seul des chefs d’État de la sous-région impliqué dans la lutte contre Boko Haram avec lequel il ne s’était pas entretenu depuis sa prise de fonctions, le 29 mai dernier. La date du voyage n’a pas été précisée, mais les deux présidents ne pouvaient pas continuer à se bouder sans risquer d’affoler leurs partenaires dans la guerre contre le terrorisme.

Afrique : Trois jours pour renouer avec les alliés négligés

2015-07-06, Numéro 374

Le président français est arrivé le mercredi à jeudi 3 juillet au Bénin, pour débuter une tournée africaine de trois jours, qui le conduira également en Angola et au Cameroun. Des pays rarement visités par les chefs d'État français. L’Angola et le Cameroun, les deux étapes suivantes de cette tournée, sont également rarement visitées par les présidents français. Les relations franco-angolaises ont longtemps souffert du scandale dit de « l’Angolagate », jusqu’à une réconciliation amorcée sous Nicolas Sarkozy (il s’était rendu à Luanda en 2008). Le réchauffement s’est confirmé sous Hollande et pourrait bien bénéficier aux opérateurs économiques français.

Afrique du sud : Julius Malema va porter plainte contre le vice-président

2015-07-06, Numéro 374

Le leader populiste sud-africain Julius Malema va engager des poursuites judiciaires contre le vice-président du pays pour son rôle dans le massacre de Marikana. Le rapport sur ce massacre a été publié la semaine dernière. La commission enquêtait sur le décès de 34 mineurs abattus par la police lors d'une grève illégale en août 2012. Pour Malema et son parti, ce rapport ne va pas assez loin. Il exonère notamment tous les politiques, tel que le vice-président Cyril Ramaphosa. Et Julius Malema ne va pas lâcher le morceau.

Afrique du Sud : Le rôle de la police en débat

2015-07-06, Numéro 374

En Afrique du Sud, le rapport sur le massacre de Marikana a relancé le débat sur le rôle de la police. La semaine dernière, le chef de l'Etat a rendu public un rapport d'enquête sur cet incident survenu en août 2012 où la police avait tiré à balles réelles sur des mineurs en grève, tuant 34 d'entre eux et blessant plus de 70 personnes. La police avait invoqué la légitime défense, mais le rapport conclut à d'importants manquements et suggère une réforme en profondeur des forces de police. Pour Ricky Naidoo, analyste politique, certes il y a un problème de formation, mais surtout la police n'a pas évolué depuis la fin de l'apartheid, lorsque le mot d'ordre était de tirer pour tuer.

Afrique du Sud : Les victimes de Marikana réclament une idemnisation

2015-07-06, Numéro 374

Les familles des victimes du massacre de Marikana en Afrique du Sud, en 2012, mécontentes du rapport de la commission, vont demander une indemnisation à la justice. Les familles des victimes sont prêtes à tout afin que justice soit rendue, même aller jusqu’à saisir la Cour pénale internationale, a précisé leur représentant. Selon l’ex-secrétaire général de la confédération syndicale Cosatu, la commission a manqué à ses responsabilités en omettant d’enquêter sur les responsabilités gouvernementales. La cheffe de la police, Riah Phyiega, devrait être limogée après une procédure disciplinaire à la suite du rapport de la commission d’enquête. Les familles des victimes redoutent que son successeur manque de compétence et d’intégrité.

Algérie : 19 juin 1965, un jour, deux destins

2015-07-06, Numéro 374

C'était il y a cinquante ans. Le 19 juin 1965, le président Ahmed Ben Bella était renversé par des membres de son propre gouvernement. À la manœuvre, celui qu'il prévoyait d'éliminer : le ministre de la Défense, Houari Boumédiène. Retour sur cette nuit ou l'histoire algérienne a basculé.

Bénin : 503 sièges pour Fcbe, 1ère puissance politique au Bénin

2015-07-06, Numéro 374

Selon les résultats sortis des urnes, la coalition politique soutenant les actions du président de la République a remporté une nette victoire qui lui permettra de prendre le contrôle de plusieurs communes. Les Fcbe sortent donc victorieuses de ces élections. Elles sont arrivées largement en tête avec 503 élus communaux et municipaux sur l’ensemble du territoire national. Cette large victoire de la mouvance présidentielle confirme sa suprématie dans la plupart des communes et municipalités du Bénin. Un triomphe pour le chef de l’Etat.

Burundi : Campagne sous haute sécurité

2015-07-06, Numéro 374

Le président burundais fait campagne. Quelles que soient les critiques, Pierre Nkurunziza, candidat à un troisième mandat controversé pour l’élection présidentielle de mi-juillet continue de sillonner le pays. Le président a tenu le vendredi 3 juillet, un meeting sous haute sécurité dans un fief de l’opposition dans la province de Bujumbura rurale. De Bujumbura à Kabezi, des policiers étaient postés tous les dix mètres, sur les toits des maisons environnantes, l’arme à la main. Des policiers et des militaires encore autour de la place où devait arriver le chef de l’Etat. Quelques centaines de militants surexcités étaient réunis dans ce fief des Fnl favorables à l’opposant Agathon Rwasa.

Congo : Sassou Nguésso abat sa dernière carte

2015-07-06, Numéro 374

A l’orée de la fin du mandat constitutionnel du président congolais Denis Sassou Nguésso fixé en août 2016, l’heure du compte à rebours semble sonner sur la rive droite du grand et majestueux fleuve Congo. La rigidité de la Constitution n’offrant au chef de l’Etat congolais aucune issue pour lever les principaux verrous de la loi fondamentale congolaise adoptée par référendum en mars 2012. Le président Sassou place l’avenir des institutions et de son garant qui se trouve être lui-même au centre d’un dialogue sans exclusive et sans préalable…

Madagascar : La motion de censure contre le gouvernement rejetée de peu

2015-07-06, Numéro 374

A Madagascar, la motion de censure contre le gouvernement a été rejetée de peu à l’Assemblée nationale. La majorité des deux tiers des députés n’a pas été atteinte lors du vote. Le Premier ministre Jean Ravelonarivo reste donc en place et le gouvernement a réussi à renverser la tendance qui lui était défavorable. Les députés frondeurs se targuaient d’avoir recueilli une centaine de signatures lors du dépôt de la motion de censure. La majorité des deux tiers était en théorie largement atteinte. Mais la tendance a été renversée, car tous ne sont pas venus voter. Certains députés signataires ont aussi sans doute changé de camp entre-temps. Résultat : 95 voix pour la motion, alors que la majorité des deux tiers est à 102.

Ouganda : Un rival de Museveni lui conteste le droit de se représenter, car trop

2015-07-06, Numéro 374

Le principal adversaire déclaré au président ougandais Yoweri Museveni à la présidentielle de 2016 a lancé une action en justice pour empêcher le chef de l'Etat de se représenter au motif qu'il est trop âgé pour exercer un nouveau mandat. C'est le porte-parole de campagne d'Amama Mbabazi, un ancien Premier ministre de Museveni tombé en disgrâce en 2014 et candidat déclaré à la présidentielle, qui a intenté cette action en justice. Dans sa requête, le porte-parole Benjamin Alipanga invoque "l'incapacité physique et constitutionnelle" de M. Museveni d'exercer ses fonctions "en raison de son âge". Yoweri Museveni, qui dirige l'Ouganda depuis 1986, a officiellement fêté son 70e anniversaire le 14 septembre. Toutefois, des activistes l'accusent de mentir sur son âge afin de contourner la législation du pays qui fixe un âge limite de 75 ans au chef de l'Etat.

Sénégal : Le mandat du chef du Parlement ramené d'un à cinq ans

2015-07-06, Numéro 374

Les députés ont adopté, la proposition de loi portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale, ramenant ainsi le mandat du président de l’institution à 5 ans. Au total, 142 ont voté en faveur de cette proposition, 4 contre et 4 autres se sont abstenus. Les débats auront été houleux et longs, soit onze tours d’horloge, ponctués en cela par des demandes de plusieurs motions préjudicielles pour renvoi ou ajournement de cette proposition de loi ; mais elles ont toutes été rejetées. Et au finish, le oui l’a remporté dans ce marathon d’explications, de défense contre des attaques et des disqualifications de cette proposition de loi, cela entre majorité, opposition et non-inscrits.

Afrique : Le Botswana réitère sa menace d‘arrêter Omar el-Béchir

2015-06-22, Numéro 372

Le président soudanais Omar el-Béchir serait arrêté et remis à la Cour pénale internationale (Cpi) si jamais il mettait le pied au Botswana, a averti le vice-président botswanais, Mokgweetsi Masisi. Il a indiqué que même si la Haute cour sud-africaine avait donné l’ordre de ne pas laisser el-Béchir quitter le pays, il est regrettable qu’il ait pu sortir de l’Afrique du Sud avant que la justice ne puisse résoudre cette affaire. Il a indiqué que même si certains ont estimé que la Cpi avait des préjugés contre les dirigeants africains, ces derniers devaient s’abstenir d’abuser de leurs pouvoirs pour persécuter leur propre peuple.

Afrique du Sud : La fuite d'el-Béchir relance le débat sur la CPI

2015-06-22, Numéro 372

Le gouvernement sud-africain va devoir expliquer pourquoi le président soudanais a pu quitter son territoire sans encombre. Omar el-Béchir, présent au sommet de l'Union Africaine à Johannesburg, a quitté le pays avant la fin du sommet. Et ce alors que la Haute cour de Pretoria avait interdit son départ, en attendant une décision de justice sur son éventuelle arrestation. La cour a donné une semaine au gouvernement pour expliquer comment Omar el-Béchir a pu partir. Pendant ce temps, les appels se multiplient pour rompre les liens avec la Cour pénale internationale. Pretoria se prépare-t-elle à se désengager de la Cpi ?

Bénin : Des élections locales à fort enjeu pour le camp présidentiel

2015-06-22, Numéro 372

La campagne pour les élections municipales, communales et locales du dimanche 28 juin a démarré le mercredi 17 juin au Bénin. Il s'agit d'élire les conseillers municipaux à Cotonou, Porto-Novo et Parakou et les conseillers communaux dans les autres villes qui à leur tour choisiront les maires, les conseils de village et de quartier de ville qui désigneront leurs chefs. Des élections de proximité donc, mais qui seront décisives pour le camp présidentiel. Après le recul enregistré aux législatives d'avril et la récente perte de contrôle du Parlement au profit de l'opposition, c'est un nouveau test qui se profile pour le camp présidentiel, représenté par les Forces cauris pour un Bénin émergent. Le scrutin du 28 juin dira si elles continuent de maîtriser le terrain ou si le recul général se confirme.

Burkina Faso : Demande de la levée du secret défense à la France sur la mort de Sankara

2015-06-22, Numéro 372

La veuve de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara réclame à la France la levée du secret défense et une enquête parlementaire pour élucider le rôle de la France dans la mort de son mari en 1987. Une mort survenue lors du coup d’Etat qui a permis à Blaise Compaoré de s'installer au pouvoir. L'enquête sur la mort du capitaine progresse au Burkina, un juge d'instruction a été désigné, les corps ont été exhumés, mais pour Mariam Sankara, la France peut aussi contribuer à faire éclater la vérité.

Burkina Faso : Un opposant en garde à vue pour «appel à la rébellion»

2015-06-22, Numéro 372

L'opposant burkinabè Soumane Touré a été arrêté suite à une conférence de presse tenue à l'occasion de la rentrée politique de son parti. Il avait donné sa lecture de la conduite de la transition, accusant les dirigeants de cette dernière de n'avoir pas de feuille de route claire et de corrompre la société civile. Pour le président du Parti de l'indépendance, du travail et de la justice, le nouveau Code électoral, qui exclut des prochaines élections certains proches de l'ancien président, est contraire à la Constitution. Dans son analyse, Soumane Touré a dénoncé la prise du pouvoir par « les putschistes civilo-millitaires qui ont institué cette transition pour usurper le pouvoir d'Etat ». Et il appelle le chef d'état-major général des armées à prendre ses responsabilités.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/